La guerre est déclarée entre les deux formations Morges Libre

PolitiqueLa brouille qui oppose Vaud Libre à François Meylan prend une tournure judiciaire.

Christophe Privet (à g.), vice-président de Morges Libre, et François Meylan, président du «deuxième» Morges Libre.

Christophe Privet (à g.), vice-président de Morges Libre, et François Meylan, président du «deuxième» Morges Libre. Image: DR / PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis fin juin, le paysage politique morgien fait face à une situation incongrue, pour ne pas dire ubuesque. Deux formations au nom de Morges Libre sont présentes sur le même échiquier et se livrent une bataille sans merci: l’une emmenée par Vaud Libre et l’autre par François Meylan.

A deux mois des élections communales, certains passent à l’offensive en sortant l’artillerie lourde. Frédéric Vallotton et Christophe Privet, respectivement président et vice-président de Morges Libre – affiliée à Vaud Libre –, affirment avoir déposé une plainte pénale pour calomnie à l’encontre de François Meylan, président de la «deuxième» Morges Libre, formation indépendante.

Des mois de dispute

Pour comprendre les tenants et aboutissants de cette affaire hors norme, il faut remonter dans le temps. Tout commence il y a deux ans, lorsque François Meylan, Christophe Privet, secrétaire général de Vaud Libre, ainsi que Jérôme Christen, municipal actuel à Vevey, fondent Morges Libre dans un contexte déjà rocambolesque.

Au début de cette année, le torchon a commencé à brûler entre les trois cofondateurs. Ou plus particulièrement entre François Meylan, alors à la tête de la section communale, et les deux politiciens de la Riviera.

Ce qui a mis le feu aux poudres? François Meylan s’est insurgé contre l’accord passé entre les Vert’libéraux et l’Entente Morgienne (EM) – elle-même alliée à Morges Libre depuis plusieurs mois – pour les prochaines élections communales. Ce coup de gueule a particulièrement mal passé auprès des dirigeants de Vaud Libre, qui avaient validé cette alliance. «Je rappelle que François Meylan avait signé cet accord avant de le dénoncer. Il a commencé à faire des déclarations publiques sans aucune concertation au préalable et que personne ne cautionnait, rappelle Christophe Privet. Il a notamment annoncé publiquement la démission de Jérôme Christen de Morges Libre alors que celle-ci n’est jamais intervenue.»

Après cet épisode, François Meylan a démissionné de Morges Libre fin juin. Dans la foulée, il a refondé un nouveau parti au nom de… Morges Libre. Il n’aurait toutefois pas rendu les actifs de son ancienne formation: codes d’accès aux réseaux sociaux, case postale, etc.

Litige autour de Facebook

«Par le biais de notre avocat, nous lui avons envoyé plusieurs injonctions pour qu’il nous rende ces actifs, ce qu’il a toujours refusé de faire à ce jour, assure Christophe Privet. Nous avons alors saisi le service juridique de Facebook pour récupérer la gestion de la page Morges Libre. Et nous avons obtenu gain de cause la semaine dernière. Il a ensuite affirmé publiquement que Frédéric Vallotton et moi-même avions piraté cette page. Ce qui est totalement faux, puisque Facebook l’a averti de la procédure qui était en cours. Cette fois, nous avons décidé de réagir en portant plainte pour calomnie. Trop, c’est trop!»

«Faux, rétorque François Meylan. Je n’ai jamais été averti d’une quelconque procédure. La page Facebook Morges Libre a été créée, financée et animée par mes soins, elle m’appartient. J’ai à mon tour lancé une procédure juridique pour la récupérer.»

Au-delà de ce volet, Morges Libre estime que François Meylan usurpe l’identité du parti depuis plusieurs mois. «Nous avons été les premiers à fonder l’association Morges Libre. Il ne peut pas le contester, car il l’a fondée avec nous. Dès lors, elle bénéficie de la protection du droit au nom qui est régi par la loi», ajoute Christophe Privet.

Là encore, François Meylan n’est pas d’accord. «L’appellation Morges Libre n’est pas protégée. Elle appartient autant à la Morgienne Patricia da Rocha, qui en a eu l’idée et l’initiative à l’automne 2013, qu’à moi-même, qui l’ai développée durant deux ans, qu’au groupe de Morgiens qui s’est fédéré pour la récupérer, qu’à Christophe Privet, qui vit sur la Riviera. Ce dernier est manifestement animé par des manœuvres électoralistes de sape.» Avec les élections à venir, et la possible candidature de François Meylan à la Municipalité, le feu ne risque pas de s’éteindre.

Créé: 17.11.2015, 07h17

Une implantation rocambolesque

La saga Morges Libre a débuté durant le dernier trimestre 2013. Le premier volet a été initié par la conseillère communale UDC Patricia da Rocha, qui souhaitait créer une nouvelle formation et lui donner l’appellation Morges Libre. Un projet qui n’a pas fait l’unanimité auprès des dirigeants de Vaud Libre. Loin de là. Car ces derniers avaient déjà dans l’idée de s’implanter du côté de Morges. Quelques jours plus tard, les membres de Vaud Libre étaient les premiers à déposer les statuts de Morges Libre auprès du Registre du commerce, à Moudon. Patricia da Rocha a alors renoncé à lancer son propre mouvement. Le 13 octobre 2013, l’association Morges Libre était fondée par François Meylan, Christophe Privet et Jérôme Christen. «Depuis que François Meylan a démissionné de son poste de président, nous avons découvert qu’il n’avait en réalité jamais terminé la procédure d’inscription au Registre du commerce, précise Christophe Privet, vice-président de Morges Libre. Notre avocat a lancé une nouvelle procédure pour y remédier.»

Articles en relation

Bientôt deux formations Morges Libre en ville

Bisbille Le torchon brûle entre les cofondateurs de Morges Libre, qui ne s’adressent plus la parole. Son président lance un nouveau mouvement… du même nom. Plus...

Le parti Morges Libre abandonné à son destin

Politique L'alliance entre l'Entente Morgienne et Morges Libre ne tient plus. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.