Guy Parmelin fêté par ceux qui l’ont vu grandir

BursinsIl aura fallu plusieurs mois de patience aux Bursinois avant de féliciter «leur» conseiller fédéral. Qui, dimanche, s’est senti «en famille».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En toute simplicité. Veston sur l’épaule, sans cravate, main dans la main avec son épouse, Caroline, Guy Parmelin remonte tranquillement le kilomètre et demi qui sépare la ferme familiale du centre de Bursins. Ce dimanche, le conseiller fédéral est loin de Berne. Il est l’enfant du village, fièrement fêté par ses concitoyens.

Ils l’ont connu gamin, à l’école, au foot ou au Conseil général. Ils l’ont croisé les dimanches au tea-room ou le rencontrent pour la première fois. Peu importe, ici, point de protocole. On salue Guy.

«Entre nous»

Il fallait garder le secret, surtout. La fête devait être celle des Bursinois, seuls invités avec les syndics de l’ancien district de Rolle. «Il faut que cela reste simple, sans officiels ou médias, et que chacun puisse partager un moment avec Guy», prévenait ainsi le syndic, Philippe Parmelin, au four et au moulin durant toute la journée. Comme presque tous les habitants, il s’est mis sur son 31. De toutes générations, les dames ont sorti les habits du dimanche et les hommes le costard, souvent la cravate. Un sérieux vestimentaire qui, finalement, sera le seul point commun avec la grand-messe de décembre dernier, où le tout frais conseiller fédéral était accueilli en grande pompe à Nyon. «On en avait parlé avec le syndic et on avait convenu qu’il serait plus sympathique de faire ça «entre nous», lorsque j’en aurais le temps», raconte un Guy Parmelin très détendu.

Le temple aussi plein que pour un mariage

10 h 15. Le temple de Bursins est presque aussi plein que pour un mariage lorsque sonnent les cloches. «Il nous a semblé important de démarrer la journée par un instant de recueillement», explique le pasteur, Alain Wyss. Qui, dans son prêche, n’aura pas manqué de rappeler l’importance que donnent les Ecritures tant à «ceux qui gouvernent» qu’à l’accueil de tous, «sans distinction d’origine, d’apparence, de race, de religion ou de parti». Passé la spiritualité et après un court cortège jusqu’à la salle communale, il était temps de passer à l’apéro. Non loin des petits-fours, comme plus tard à l’heure du repas, on croise un Guy Parmelin parfois hilare, décontracté parmi les siens. «Ici, sourit-il, j’oublie un peu mes dossiers, j’ai l’occasion de discuter avec tout le monde à bâtons rompus, sans faire de politique. Evidemment, les gens me demandent beaucoup de leur raconter ma nouvelle vie. Mais ça me fait du bien, j’ai mes racines ici. C’est chez moi.» Durant son discours, après une partie très maîtrisée, le conseiller fédéral a lâché: «Et puisqu’on est entre nous, en famille…» Puis il a raconté ces derniers mois, qui l’ont passablement éloigné de chez lui. «Je préfère rester à Berne pour travailler et rentrer à la maison lorsque j’ai vraiment le temps d’en profiter», explique-t-il ensuite. Peu avant de retourner chez lui, à pied, se «replonger dans la pile de dossiers qui l’attend».

Créé: 03.04.2016, 21h41

Articles en relation

Trois petits tours et voilà Guy Parmelin élu en douceur

Conseil fédéral Le Vaudois est entré hier matin au Palais fédéral comme parlementaire, il en est ressorti conseiller fédéral sans coup férir. Guy Parmelin était favori dès le début. Récit d’une élection jouée d’avance. Plus...

Le réveil des Parmelin, entre mesure et fierté

Election au Conseil fédéral A Bursins, le clan du Conseiller fédéral fraîchement élu a le triomphe modeste. Plus...

A Nyon, on fêtait Guy, le gamin du coin

«Parmelin Day» En moins de sept jours, les services de la commune ont mis sur pied un événement mammouth encore jamais organisé à Nyon. Plus...

Guy Parmelin, les hasards d’un destin fédéral

Portrait L’ambition du Vaudois a mûri en secret. Coriace sur le fond, sage dans la forme, le voilà au défi de ne pas décevoir. Plus...

Guy Parmelin passe un baptême du feu agité

Armée Le nouveau conseiller fédéral a été pris à partie sur la modernisation de véhicules pour un demi-milliard. Récit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.