Un gymnasien se rebelle contre la misère paysanne

NyonLe documentaire réalisé par Johan Goedkoop pour son travail de maturité a été sélectionné par le Festival du Film Vert 2019

Le gymnasien Johan Goedkoop a réalisé un documentaire,

Le gymnasien Johan Goedkoop a réalisé un documentaire, "Lait et misère paysanne", sélectionné pour le Festival du Film Vert. Image: CHRISTIAN BRUN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Citoyen, rebelle-toi!» Le thème proposé aux élèves du Gymnase de Nyon pour leur travail de maturité ne pouvait qu’inspirer des jeunes remontés contre les injustices de ce monde. Mais quel sujet traiter précisément? Johan Goedkoop a choisi de parler, au travers d’un film, des difficultés des paysans confrontés à la baisse du prix du lait. Il n’a pourtant pas grandi dans une ferme, n’a pas de parent cinéaste ou journaliste et n’avait jamais tenu de caméra entre ses mains. Que son documentaire intitulé «Lait et misère paysanne» ait été retenu par le jury du Festival du film vert 2019 constitue donc une belle récompense.

En fait, curieux de nature, le gymnasien regarde volontiers des émissions comme «Temps présent» ou «Cash Investigation». «C’est sur Arte que j’ai vu «La planète lait», qui décrit les mécanismes de surproduction mondiale de lait. Je me suis dit que ce serait bien de mettre en lumière la situation des agriculteurs vaudois, qui sont pris en étau entre les dettes contractées pour avoir une exploitation performante et la manière dont la grande distribution les prend à la gorge avec des prix cassés.»

Aiguillé par le professeur de géographie Yvan Favia, Johan Goedkoop prend contact avec le syndicat Uniterre, qui milite pour une agriculture durable, afin d’obtenir les noms de paysans disposés à le recevoir. Parallèlement, il apprend les rudiments du métier de cinéaste en regardant des tutoriels sur You Tube. Un ami étudiant en cinéma l’a aidé pour ses premières prises de vues.

Problèmes et solutions

Johan Goedkoop a construit son film en deux parties. La première comprend deux interviews de producteurs de lait travaillant de manière traditionnelle, avec la grande distribution comme seul client. L’un, divorcé, gère son exploitation en solitaire. Il travaille 80 à 100 heures par semaine, ne touche pas de salaire et n’arrive pas à payer les intérêts de ses dettes. L’autre, associé, s’en sort un peu mieux, mais doit travailler à 50% en dehors de la ferme.

La deuxième partie montre qu’il existe des alternatives, voire des solutions. Là aussi, le cinéaste amateur a choisi d’aller à la rencontre d’agriculteurs vaudois. Trois d’entre eux présentent chacun un modèle différent. Il y a celui qui a une grande ferme, met une partie de son lait en bouteilles et fait de la vente directe. Celui qui a gardé une petite exploitation avec 15 vaches a réussi à liquider ses dettes et vend tout en vente directe. Et enfin, le cas de Cédric Cheseaux, qui s’est séparé douloureusement de ses vaches et s’est reconverti dans une production diversifiée et bio.

«Le modèle de Cédric Cheseaux est le plus abouti des trois, estime Johan Goedkoop. À l’avenir, pour pouvoir manger localement, il faudra de nombreuses petites exploitations qui proposent une grande diversité de produits cultivés dans le respect de l’environnement. La politique fédérale ne va pas dans ce sens.»

«Une belle enquête»

Le gymnasien a loué le matériel de tournage et a consacré de longues soirées au montage de son film. «J’ai terminé par une nuit blanche la veille de rendre mon travail», raconte-t-il. Voir son documentaire projeté au Festival du film vert compense largement les efforts fournis. La directrice du festival, Sylvie Scholtz, juge la qualité du film très honorable. «Surtout, ce jeune a fait une belle enquête autour d’une problématique importante.»


Festival du film vert
Du 14 au 17 mars à Nyon.
«Lait et misère paysanne», dimanche 14h, à la salle de La Bretèche, en présence du réalisateur.
Entrée libre. (24 heures)

Créé: 14.03.2019, 07h03

Articles en relation

Trois femmes de paysan sur 4 n'ont pas de salaire

Suisse La grande majorité des femmes d'agriculteurs ne sont pas rétribuées et ne sont donc pas assurées sur le plan social. Berne veut y remédier. Plus...

Des paysans épaulent leurs collègues en difficulté

Agriculture Une association de solidarité s’est créée dans le canton de Vaud en s’inspirant d’un modèle français Plus...

Des paysans déboussolés par la «trahison» fiscale

Conflit Une séance d'information du PLR a fait salle comble à Apples sans parvenir à calmer les agriculteurs frappés par une réforme incomprise. Plus...

Une famille paysanne frappée par un second suicide

Drame Une nouvelle catastrophe s’abat de plein fouet sur des agriculteurs du Nord vaudois. Un fils vient de s’ôter la vie tout juste cinq mois après son père. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.