Des gymnasiens sèment la pagaille à la plage

DéprédationsRassemblés mardi soir sur la plage de Préverenges, 200 jeunes ont provoqué des dégâts. La police est intervenue.

Les jeunes fêtards ont laissé de nombreux détritus sur la plage de Préverenges.

Les jeunes fêtards ont laissé de nombreux détritus sur la plage de Préverenges. Image: VOIRIE DE PRÉVERENGES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Massifs floraux saccagés, cadavres de bouteilles et autres détritus peu ragoûtants jonchant le sol: la plage de Préverenges avait des allures de champ de bataille, mercredi matin. Guère rebutés par la météo maussade, quelque 200 étudiants de première année au Gymnase de Morges se sont donné rendez-vous mardi soir pour fêter la fin des cours.

«Nous avons appris dans la journée qu’une soirée se préparait. Je me suis rendu sur place à 21 h, mais il n’y avait personne. Les jeunes sont arrivés vers 22 h, ils ont bousillé les fleurs et ont laissé traîner leurs déchets. La coupe commence à être pleine!» tonne Guy Delacrétaz, syndic.

La fiesta a pris de telles proportions que Police Région Morges (PRM) a dû intervenir. «Les agents ont constaté des déprédations sur les arrangements floraux et sur les panneaux de signalisation, confirme le commandant Martin de Muralt, précisant que plusieurs personnes seront dénoncées. Cela dit, il n’y a pas eu d’atteinte à l’intégrité physique ni de coma éthylique.» Et le commandant de déplorer que l’une des patrouilles de la PRM a retrouvé son véhicule avec un pneu crevé.

Créé: 15.06.2016, 18h39

Des arrangements floraux ont été saccagés. (Image: VOIRIE DE PRÉVERENGES)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.