«La Halte» veut dire stop à la précarité à Morges

MorgesDès mardi, une nouvelle association distribuera de la nourriture aux personnes dans le besoin.

Le comité de

Le comité de "La Halte" veut combattre la précarité en distribuant des denrées alimentaires aux personnes dans le besoin. Image: Sébastien Bovy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est un fléau planétaire, mais en Suisse, il demeure caché. Il s’agit de la précarité. Selon les chiffres de Caritas, en 2017, en Suisse, 1,18 million d’habitants étaient concernés par la pauvreté ou menacés de l’être. Un nombre ahurissant pour un pays à l’économie florissante. La région morgienne ne fait pas exception et de plus en plus de personnes ont du mal à joindre les deux bouts. C’est dans ce contexte qu’est née La Halte, une association qui veut lutter contre cette précarité toujours plus insistante. «Il existe une distribution de nourriture depuis quelques années mais elle ne concerne que quelques familles, explique Mag Schaeren, vice-présidente de cette nouvelle organisation. Nous avions envie de toucher un plus grand nombre de gens, car la demande existe et les offres ne sont pas légion sur La Côte.»

Depuis une année, un comité composé de cinq femmes sillonne le canton afin de s’informer sur les différents points de distribution existants et sur leur fonctionnement. «C’est un gros travail, poursuit Mag Schaeren. Nous travaillerons avec Table Suisse, une association qui récupère la nourriture excédentaire de différents commerces et grandes surfaces puis les redistribue gratuitement à diverses institutions sociales dont la nôtre.»

Chaque lundi et mardi, un camion de Table Suisse passera donc apporter des denrées alimentaires pour une distribution le mardi après-midi. «Nous ne pouvons pas accueillir tout le monde pour des raisons évidentes de quantités, détaille la vice-présidente. Il fallait donc définir des critères de sélection. Mais nous avons estimé que nous ne sommes pas compétents pour cela. Nous avons donc contacté les autres organisations sociales de la ville qui ont défini chacune leurs propres critères et nous ont envoyé les noms des futurs bénéficiaires.» Ils seront une bonne trentaine mardi 6 mars avant, pourquoi pas, de pouvoir augmenter ce nombre, «car la demande est là», conclut Mag Schaeren. (24 heures)

Créé: 02.03.2018, 10h02

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Le président de La Poste n'échappe pas aux critiques, paru le 18 juin
(Image: Bénédicte) Plus...