Les honneurs pour une grande dame du Château

La SarrazÂgée de 85 ans, Annette Schneider a été une des artisanes du sauvetage du Château de La Sarraz. Un engagement de près de 10 ans qui a été récompensé.

Annette Schneider a été nommée châtelaine d'honneur.

Annette Schneider a été nommée châtelaine d'honneur. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Annette Schneider est une femme remplie de détermination. «Quand j’entreprends quelque chose, je ne le fais pas à moitié», assure-t-elle. Successivement collaboratrice au sein d’un cabinet d’avocat, à la tête d’une entreprise horticole, secrétaire de direction, cette octogénaire est une infatigable ouvrière. Tellement infatigable qu’elle attend ses 76 ans pour arrêter de travailler.

Et pas question pour autant de chômer. Une aubaine pour le comité de la Société des amis du château de La Sarraz-Musée romand qu’elle rejoint en 2006, deux ans avant sa retraite. «Ce château est magnifique, relève Annette Schneider. Dès mon arrivée dans la commune en 1991, je suis tombée sous le charme. Alors, quand j’ai eu l’opportunité de m’investir pour la pérennité du lieu, je n’ai pas hésité.»

«J’ai refusé d’abandonner le navire. Il était hors de question pour moi de laisser mourir le château.»

Malheureusement, en 2013, la mauvaise situation financière plonge l’association dans une crise sans précédent. Le président ainsi que plusieurs membres du comité claquent la porte. Par manque de moyens, le Musée romand qu’abrite le château est dans l’obligation de fermer, tout comme le café Belle-Hélène. Incapable de baisser les bras, Annette Schneider accepte de prendre la présidence: «J’ai refusé d’abandonner le navire. Il était hors de question pour moi de laisser mourir le château.»

Renaissance

Se forme alors un bureau de crise autour de l’octogénaire. «Honnêtement, je ne savais pas dans quelle galère je me lançais. Mais j’ai toujours aimé les défis. Nous avons débuté par élaborer en 2014 un plan baptisé «renaissance». Objectif: la réouverture du musée. Evalué à 2,5 millions de francs, le projet visait notamment la rénovation de l’édifice. Nous avions aussi imaginé un nouveau parcours innovant pour les visiteurs.»

Malheureusement, la Municipalité le refuse fin mai 2015. «On est tombés de haut», confie Annette Schneider. Trois jours plus tard, l’assemblée générale de l’association a lieu. «J’étais dans tous mes états. Je ne savais plus quoi faire», se rappelle la présidente.

Deux de ses plus fidèles collaborateurs, Gérald Hirsig et Francis Randin, décident alors de quitter l’association. Ce qu’Annette Schneider se résout à faire également. «Je me suis sentie obligée de les suivre, affirme-t-elle. Je suis fier du travail d’équipe que nous avons effectué pendant les deux années que j’ai passées à la présidence. Nous étions une très bonne équipe. Et nous avons réussi à ne jamais être dans les chiffres rouges. Boucler des exercices comptables déficitaires était devenu une mauvaise habitude durant les décennies précédentes.»

Investissement salué

Finalement, la Société des amis du château de La Sarraz-Musée romand est mise en liquidation en mars 2016. La Fondation du château de La Sarraz est créée quelques mois plus tard. Le sauvetage de la bâtisse est assuré en mars dernier grâce à une subvention de 1,6 million de francs accordée à parts égales par le Canton de Vaud et la Commune.

Et si Annette Schneider n’a pas vécu de l’intérieur ces événements, la pierre qu’elle a ajoutée à l’édifice n’a pas été oubliée. Le 25 mai, lors de la réouverture du château, l’ancienne présidente de l’association a été nommée châtelaine d’honneur. «L’émotion a été très forte, déclare-t-elle. Je suis touchée par ce geste. Mais j’ai été élevée dans la modestie. Je tiens donc à rappeler que je n’aurais rien pu faire toute seule. Cette distinction, je souhaite la partager avec tous les gens qui m’ont entourée les neuf années durant lesquelles j’ai œuvré.»

Après s’être énormément investie pour le château, mais également pour son parti, le PLR, Annette Schneider va désormais se consacrer à sa famille: «Avec toutes ces occupations, j’ai été un peu trop absente. Il est l’heure pour moi de rattraper le temps perdu.» (24 heures)

Créé: 15.07.2017, 09h23

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Dimanche, la population nyonnaise a refusé pour la troisième fois un projet des autorités visant à créer un foyer pour l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Paru le 25 septembre.
(Image: Bénédicte) Plus...