Immersion décalée dans le monde de la migration

CinémaLa Nyonnaise Chloé Seyssel a réalisé son premier film en suivant des femmes engagées dans le soutien aux migrants.

Chloé Seyssel a réalisé son premier documentaire en s'immergeant dans le monde de la migration.

Chloé Seyssel a réalisé son premier documentaire en s'immergeant dans le monde de la migration. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faire un film sur le thème des migrants en les mettant au second plan. C’est le pari réussi de Chloé Seyssel, qui sort son premier long métrage documentaire, «Volontaires». La Nyonnaise a braqué sa caméra sur une population qu’on entend peu, celle qui s’engage au service des demandeurs d’asile. «J’ai voulu montrer pourquoi la mobilisation de ces personnes est importante, explique-t-elle. Pourquoi la solidarité et l’aide apportée sont essentielles pour tout le monde. En permettant une bonne intégration, elles apportent du bien-être à la société en entier.»

Loin des documentaires chocs de Fernand Melgar, le film de Chloé Seyssel est à son image, d’un militantisme doux, franc mais sans excès. Il faut avouer que la cinéaste a découvert le monde qu’elle a filmé sur le tard. «Auparavant, j’avais une sensibilité pour ce milieu, mais je ne m’en préoccupais pas plus que ça», avoue-t-elle.

Un événement a toutefois changé la donne: les récits d’une de ses amies qui œuvre pour une ONG en Grèce. Elle prend alors conscience de la portée de l’implication de cette Lausannoise qui est l’une des quatre protagonistes du film. «Cette mère de famille est capable de s’engager avec beaucoup de force loin de chez elle. Elle m’a raconté ce qu’elle avait vu et ce qu’elle avait vécu. Je me suis rendu compte que je connaissais mal cette réalité. J’ai été convaincue qu’il fallait lui donner la parole pour transmettre sa vision.» Chloé Seyssel a aussi suivi trois autres femmes: une députée tessinoise condamnée pour avoir fait passer des migrants de manière illégale en Suisse, une bénévole de l’Association Le lieu-dit, à Nyon, et une pasteure d’Arzier-Le Muids qui travaille auprès de la population de demandeurs d’asile.

«Chacune est dans un domaine différent, mais elles sont toutes portées par des valeurs identiques», souligne Chloé Seyssel. Dans le long métrage, on découvre ainsi quatre femmes touchantes qui naviguent entre l’espoir d’œuvrer pour un monde plus égalitaire et le désespoir face à l’ampleur de la tâche à accomplir.

«J’ai été marquée de constater, durant le film, à quel point notre parole, entre protagonistes, était proche, note Hélène Menut, secrétaire du Lieu-dit. Le documentaire est monté de telle manière qu’il donne l’impression que l’une commence une phrase et que l’autre la termine.»

Expérience bouleversante

Chloé Seyssel admet avoir été bouleversée par son immersion. «Quand on met un pied dans ce monde, c’est impensable de ne pas l’être.» Elle garde un souvenir ému de la tristesse d’un homme dont l’ami a été jeté en prison en Grèce en attendant d’être renvoyé dans son pays. «Cette criminalisation du migrant est révoltante.»

Après le vernissage à la Colombière, à Nyon, samedi, «Volontaires» sera projeté dans des salles indépendantes (Zinéma à Lausanne, CDD à Genève et Cinéma d’Oron) dès le 30 octobre. Il a déjà participé à un festival à Avenches, où il a reçu une mention spéciale. Si Visions du Réel ne l’a pas choisi dans sa sélection au mois d’avril, il l’a proposé dans sa Media Library, qui regroupe des films recommandés aux professionnels.

«Je suis très heureuse que ce film existe, relève la réalisatrice, monteuse depuis quinze ans, notamment pour la RTS. S’il permet à une seule personne de s’engager, il sera réussi.» Chloé Seyssel a déjà franchi le pas. Elle rencontre régulièrement un demandeur d’asile érythréen avec qui elle forme un duo de conversation.

Créé: 11.10.2019, 09h22

Articles en relation

Genève: l’Hospice général réagit au suicide d’un jeune migrant

Société L’institution relève les difficultés des jeunes requérants d’asile lorsqu’ils atteignent la majorité. Elle interpelle les autorités et leur demande une meilleure prise en charge. Plus...

Au CPO, les «Retrouvailles» d’un jeune migrant iranien épris de liberté

Théâtre Reza Fathi, 19 ans, a écrit une pièce inspirée de son parcours, qui l’a mené du sud de l’Iran aux Bioux. Rencontre. Plus...

«Volontaires»

Première à la salle de la Colombière, à Nyon, samedi 12 octobre à 18h

Articles en relation

Un film militant donne une voix aux Africains précaires

Documentaire Dans «No Apologies», des migrants vivant à Lausanne dénoncent leur condition sans issue, car marquée par le racisme antinoir. Plus...

Des migrants maltraités sur le tournage d'un film

Malte Des migrants employés comme figurants sur un film italien ont vécu l'enfer. Les producteurs évoquent un «coup monté». Plus...

«Cette révolte vise à rétablir les droits»

Art documentaire Milo Rau rejoue la Passion du Christ dans un projet alliant performances, film et campagne politique à Matera, capitale européenne de la culture 2019. Interview. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.