L’Institution de Lavigny entend rester leader vaudois en neuroréhabilitation

MorgesL’établissement souhaite agrandir son hôpital. Dans l’intervalle, il fourmille de projets de construction et de modernisation

Thierry Siegrist, directeur de l’Institution de Lavigny, devant les nouveaux immeubles en cours de construction.

Thierry Siegrist, directeur de l’Institution de Lavigny, devant les nouveaux immeubles en cours de construction. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Institution de Lavigny est en pleine ébullition. Il suffit de se rendre sur place pour s’en apercevoir. Depuis des mois, les ouvriers s’affairent pour bâtir un nouveau quartier à l’ouest du site. Ici, l’établissement, qui prend en charge des personnes atteintes dans leur autonomie depuis plus d’un siècle, construit deux nouveaux immeubles de vingt-neuf appartements.

Mais ce n’est pas tout, puisqu’un internat flambant neuf ainsi que de nouveaux ateliers protégés devraient suivre. Le tout avant que l’Institution ne s’attaque à un dossier encore plus important pour l’avenir: l’agrandissement de son hôpital, conséquence directe de l’augmentation de la population autour du bassin lémanique. Des travaux qui permettront d’asseoir la position de leader vaudois de l’Institution en neuroréhabilitation. Un domaine qui assure la prise en charge des personnes ayant subi un traumatisme crânien ou un accident vasculaire cérébral, par exemple.

Pas un ghetto
«Aujourd’hui, nous souhaitons vraiment ouvrir notre établissement sur l’extérieur, dans un souci d’intégration de nos résidents, précise Thierry Siegrist, directeur, devant les deux immeubles de logements en construction, qui jouxtent le village de Lavigny. Sur la trentaine d’appartements qui seront proposés à la location en juillet, dix-neuf seront destinés à des personnes extérieures ou aux employés de l’Institution.»

Pour compléter ce secteur en devenir, un nouvel internat scolaire accueillera dix-huit jeunes en difficulté d’apprentissage, contre dix actuellement, dans d’anciens bâtiments. «Pour le moment, ce projet est bloqué par le recours au Tribunal fédéral d’un voisin qui s’y oppose pour des questions d’interprétation du règlement communal, principalement liée à la forme du toit», poursuit le responsable, qui a bon espoir que le projet se décante dans les prochains mois. La troisième étape de ce nouveau quartier concernera la transformation de l’ancienne ferme. Là, l’Institution de Lavigny souhaite développer des activités pour la formation professionnelle. Une grande place centrale permettra aux habitants de la localité et aux résidents de se rencontrer. «Pour ces trois grands projets, le coût des travaux est estimé à quelque 20 millions de francs», explique encore Thierry Siegrist.

Ateliers mieux adaptés
A l’opposé du site, sur une parcelle sise en dessous du parcours du Swin-Golf, un autre chantier démarrera début 2015: la construction de nouveaux ateliers protégés «jardin» et «peinture», où quelque huitante travailleurs en extérieur transiteront chaque jour. «Le projet, estimé à 5 millions de francs, prévoit également la construction de vestiaires, de bureaux, d’une serre ainsi que d’un dépôt pour le matériel», ajoute le directeur, qui estime que les locaux seront disponibles au printemps 2016. Ces nouveaux bâtiments remplaceront les anciens ateliers, aujourd’hui vétustes.

Enfin, à l’horizon 2018, il s’agira de s’attaquer à l’agrandissement de l’hôpital, projet qui a déjà fait l’objet d’un concours d’architecture. «L’objectif serait de passer de 41 lits en neuroréhabilitation à 65, détaille Thierry Siegrist. Concrètement, il s’agirait de transférer 15 places du CHUV à Lavigny et d’en créer 10 supplémentaires pour combler le manque de lits dans ce domaine. Nous souhaitons aussi créer un nouveau centre de recherche.» Reste désormais à l’Etat, à l’Institution de Lavigny et au CHUV à trouver un accord sur les modalités et sur le financement des travaux, qui devraient durer plus de trois ans.


L’Espérance et Perceval vont s’agrandir

L’Institution de Lavigny n’est pas la seule à avoir des projets d’agrandissement. Dans le district de Morges, véritable berceau des établissements spécialisés, d’autres fondations foisonnent de projets pour faire face à un autre défi: le vieillissement des résidents. Ainsi, à l’Espérance, à Etoy, le projet est de construire pour 2017 une nouvelle structure capable d’accueillir 30 pensionnaires d’un certain âge. «Nous avons de plus en plus de résidents vieillissants et nos locaux actuels ne sont pas adaptés à leur prise en charge», souligne Charles-Edouard Bagnoud, directeur de l’Espérance. Pour le responsable, la nécessité de créer ces structures s’explique de plusieurs manières. «Au début du XXe siècle, une personne trisomique avait une espérance de vie d’une dizaine d’années, poursuit-il. Aujourd’hui, ils sont de plus en plus à dépasser la soixantaine. Par ailleurs, la qualité des soins et les progrès de la médecine sont une autre cause.»

A Saint-Prex, la Fondation Perceval projette aussi de créer une structure de 22 places pour les pensionnaires les plus âgés. «Le projet est en train d’être validé par le Canton, nous souhaitons pouvoir disposer des nouveaux locaux, mieux adaptés, pour 2017», conclut Pascal Devaux, directeur. (24 heures)

Créé: 24.11.2014, 18h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.