Passer au contenu principal

«J’ai fui l’Afghanistan pour que ma fille aille à l’école»

Alina Alizada a quitté son pays et l’homme avec qui elle avait été mariée de force. Sa sœur l’a suivie et est arrivée à Nyon pour éviter la sentence de la lapidation

Alina Alizada a retrouvé sa sœur au poste de police de Nyon.
Alina Alizada a retrouvé sa sœur au poste de police de Nyon.
Christian Brun

Le sourire d’Alina Alizada, souligné d’un rouge à lèvres discret, est un pied de nez à ceux qui voulaient le lui cacher. Cette jeune femme de 24 ans installée à Nyon depuis quelques mois possède une volonté de fer que personne encore ne semble avoir réussi à juguler. Le récit de sa vie, digne d’un bon scénario hollywoodien, est peuplé d’hommes armés, de cadavres et d’un mari violent avec qui elle a été unie de force.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.