Les jeunes du quartier ont joliment graffé un mur déjà tagué et défraîchi

NyonÀ la demande d’une habitante, le mur entourant la place de jeu du quartier de La Levratte a été sprayé à la mode «street art».

Des enfants qui n’avaient pas participé à la préparation espèrent vivement qu’il leur restera un bout de mur à sprayer.

Des enfants qui n’avaient pas participé à la préparation espèrent vivement qu’il leur restera un bout de mur à sprayer. Image: MICHEL PERRET

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«On fait d’une pierre deux coups: on repeint un mur devenu moche et on donne l’occasion aux jeunes de s’exprimer.» Maria Orellana, qui habite le quartier de La Levratte depuis plus de vingt ans, est heureuse que son idée ait été entendue par les travailleurs sociaux de la Ville de Nyon. Mercredi après-midi, une quinzaine de jeunes du quartier ont graffé le mur en question avec un enthousiasme non dissimulé. Suivant les conseils avisés du graffeur nyonnais Théo Dao, les artistes en herbe ont redonné vie et couleurs à cette paroi qui inspirait plus le blues que la gaieté.

Après avoir recouvert la surface d’un fond gris, chaque participant s’est muni de gants, d’un masque et d’un aérosol. Les novices ont pris un certain temps à évaluer l’espace dont ils avaient besoin pour reproduire les dessins préparés la semaine précédente à la Maison de quartier. Il a fallu quelques couches supplémentaires de gris pour effacer les premiers essais maladroits. Puis les traits de couleur ont peu à peu donné forme aux graffitis. «Je leur ai demandé de dessiner des choses pas trop compliquées», précise Théo Dao, accaparé de toutes parts pour venir en aide aux graffeurs débutants.

«Ouah, ça déchire!» s’exclame le travailleur social Benzo Sarate en arrivant sur les lieux en milieu d’après-midi. «Love», «Miami», «Joker», «Nyon», les dessins et les lettrages ont joliment pris leur place dans l’espace public. Les avis des passants sont aussi élogieux. Et des enfants qui n’avaient pas participé à la préparation espèrent vivement qu’il leur restera un bout de mur à sprayer. Aucun doute, l’opération a du succès. Fidèle à la politique de la Ville, qui souhaite que le public jeune soit considéré comme un acteur prépondérant de la vie de la cité et des quartiers, Anne-Catherine Crisinel Merz, adjointe au chef du Service enfance, logement et cohésion sociale, se réjouit de ce succès: «Cela montre la supercollaboration qu’il y a entre les habitants du quartier de La Levratte et la structure mise en place par la Commune.»

Maria Orellana, membre de l’Association du quartier de La Levratte-Pré Fleuri, confirme qu’il existe une bonne dynamique. «Ce sont des événements rassembleurs, qui créent des liens entre les générations. Et je trouve sympa que la régie ait tout de suite donné son accord. On pourrait profiter de ce bel élan pour faire encore de magnifiques choses, comme des graffitis sur les murs vides à côté de la Coop.» Pour Théo Dao, membre de l’Association Art’Soce, il est important que les jeunes prennent du plaisir et soient sensibilisés au fait qu’ils ont de la chance d’avoir cet espace d’expression à disposition. Une façon élégante d’inviter les régies et les autorités de la Ville à renouveler ce genre d’expérience. (24 heures)

Créé: 25.10.2018, 12h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.