Passer au contenu principal

Les Jeunesses aux petits soins des aînés

De nombreuses sociétés ont lancé un appel sur les réseaux dans la journée de mardi pour venir en aide aux villageois.

La Jeunesse de Bière, ici à Nouvel-An, s'est spontanément mise à la disposition de sa population.
La Jeunesse de Bière, ici à Nouvel-An, s'est spontanément mise à la disposition de sa population.
DR

Une, deux, puis cinq, puis vingt… et ce n’est que le début! Tout au long de la journée de mardi, les Jeunesses campagnardes ont lancé des appels sur les réseaux sociaux et distribué des tracts dans les boîtes aux lettres de leur village pour proposer leur aide.

Un élan spontané de Gilly à Villars-le-Terroir en passant par Étoy et Cuarnens, où Élise Mariller tient le standard téléphonique. «On pense principalement aux courses ou à de petits gestes qui peuvent dépanner ceux qui doivent absolument rester chez eux, explique l’universitaire au chômage technique. Notre village nous soutient tout le temps, les habitants nous ouvrent leurs portes à Nouvel-An et participent à nos manifestations. Nous avons voulu montrer que si nous sommes là dans les moments rigolos, nous pouvons aussi rendre service quand il le faut. À Cuarnens, il y a 60 ménages où les gens ont plus de 65 ans, et nous voulons être là pour eux.»

Mais comme tous ne sont pas forcément connectés, une distribution improvisée de flyers devait encore avoir lieu dans la journée, avant de procéder aux premières commandes. «Ça ne m’étonne même pas de leur part, même si cette initiative est exceptionnelle», réagit le syndic d’Étoy, José Manuel Fernandez, qui a d’ailleurs adressé un message de félicitations à «sa» Jeunesse. «Une Commune ne peut pas tout gérer face à une telle situation, et nous aurons peut-être besoin de coups de main, par exemple pour le service des repas à domicile, qui sont traditionnellement assurés par des personnes à risque.»

Gilles Perrinjaquet et Léna Mullot, de la Jeunesse de Pampigny, font des courses à l’épicerie du village pour les aînés.
Gilles Perrinjaquet et Léna Mullot, de la Jeunesse de Pampigny, font des courses à l’épicerie du village pour les aînés.

Dans ce village, la Société de jeunesse ne se voit plus – vu les circonstances – mais communique via un groupe WhatsApp dédié pour intervenir le plus rapidement possible.

Pied du Jura mobilisé

L’initiative a pris une tournure presque générale au pied du Jura, où les Jeunesses de Pampigny, d’Apples, de Ballens ou de Bière sont toutes mobilisées. «Ça me touche et c’est en plus très utile, alors que nous sommes en train de nous «dépatouiller» avec tous les autres soucis», déclare avec une certaine émotion Marie Christine Gilliéron, syndique d’Apples.

Voir le contenu

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.