Le Journal de Morges fête ses 120 ans

PresseLe titre, au service de l’information locale depuis 1894, organise plusieurs actions festives tout au long de l'été.

Le Journal de Morges fête ses 120 ans. Son rédacteur en chef, Cédric Jotterand, revient sur la santé du titre.

Le Journal de Morges fête ses 120 ans. Son rédacteur en chef, Cédric Jotterand, revient sur la santé du titre. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

2014, année faste pour le Journal de Morges. Fondé en 1894, le titre souffle cette année ses 120 bougies au travers de plusieurs actions qui rythmeront l’été (lire ci-contre). L’occasion, pour Cédric Jotterand, directeur du journal, de revenir sur l’histoire du titre et de présenter ses défis.

A l’heure de fêter ses 120 ans, comment se porte le Journal de Morges?

En ce moment, le titre se porte vraiment bien. Entreprise familiale gérée par les Trabaud jusqu’à il y a une dizaine d’années, le Journal de Morges a ensuite été repris par Edipresse, puis par Tamedia. Comme plusieurs autres journaux, le nôtre a connu un âge d’or avant de connaître de grosses difficultés. Certains ont disparu, les autres se sont redressés, à l’image du Journal de Morges. Après une passe difficile il y a quelques années, le journal s’est petit à petit remis à flot.

Côté chiffres, où en est le JDM?

Nous comptons 6500 abonnés, en plus des ventes en kiosque. Lorsque la quasi-totalité des journaux subissent une érosion assez massive, nous connaissons une certaine stabilité. Le tout porté par un lectorat fidèle. Une fois par mois, nous distribuons un tous-ménages à 40 000 exemplaires dans tout le district ainsi qu’une autre édition en tous-ménages, distribué à Bussigny.

Dans la presse, notamment du fait d’internet, la concurrence est de plus en plus féroce. Comment tirez-vous votre épingle du jeu?

L’opposition éditoriale ne nous effraie pas particulièrement. Nous connaissons bien notre région et nous mettons l’accent sur la formation. Je vois d’ailleurs le journal comme un petit centre de formation. D’ailleurs, plusieurs stagiaires qui sont passés par le Journal de Morges sont aujourd’hui dans des titres phares: l’Hebdo, 24 heures ou encore la Télé. Je me bats beaucoup pour la qualité de nos formations. Et ça fonctionne! Nous sommes au rendez-vous de nos communes. Mais nous sommes également conscients que la concurrence est rude. Rien que dans le district, nous comptons le Journal de Cossonay, l’Echo rollois, La Côte, 24 heures, la Télé et même Lausanne Cités. (24 heures)

Créé: 02.07.2014, 15h54

Infobox

Pour son anniversaire, le Journal de Morges met les petits plats dans les grands. Après un premier tour de chauffe entamé en début d’année par la publication d’articles et autres problématiques de l’époque, les choses sérieuses commencent cet été. Ainsi, le temps d’une journée, le 23 août prochain, la rédaction prendra ses quartiers à Apples, cœur historique du district, pour une journée de fête. «Nous irons à la rencontre de nos lecteurs, sourit Donatella Romeo, journaliste bombardée chargée de communication de l’anniversaire. Dans le cadre d’une séance de rédaction participative, nous expliquerons au public les différentes étapes de fabrication d’un journal.»

Autre temps fort: pour son édition du 29 août, le JDM a carrément décidé d’offrir un voyage dans le temps à ses lecteurs. «Entre publicités d’époque et photos d’archives, cette édition en noir et blanc, qui arborera même le logo de 1894, sera 100% vintage», glisse Donatella Romeo. Enfin, toujours en août, la sortie d’un livre des meilleures caricatures de Sen, qui croque l’actu pour le JDM depuis plus de dix ans, mettra un terme aux festivités estivales.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...