Un joyau de l'hôtellerie nyonnaise s'effondre

AccidentLe Beau-Rivage a cédé ce jeudi sous le vent. Inexploité en attendant d’importants travaux, l'hôtel était en très mauvais état.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les violentes bourrasques ont eu raison d’une façade déjà chancelante. Jeudi, à 11 h 30, un mur de l’Hôtel Beau-Rivage s’est effondré dans le périmètre du chantier en cours, à quelques mètres de la route Suisse. Un pan du patrimoine architectural de la ville de Nyon a partiellement disparu. Il serait le plus ancien établissement de la ville.

Aucun blessé n’est à déplorer. Une chance. L’architecte était à l’intérieur de l’établissement quand il a entendu des bruits menaçants. Il est sorti rapidement avant que la paroi ne s’effondre. Le mur en question séparait le corps de l’hôtel d’un logement mitoyen détruit il y a quelques mois.

L'effondrement du Beau-Rivage immortalisé depuis le Léman. Photo: Facebook/Jean-François Aubert

L’établissement était fermé depuis novembre 2015. Des travaux étaient en cours en attendant un important chantier de rénovation du bâtiment classé. Pendant ces derniers, les dégâts sur la structure ont été mis au jour. «L’hôtel était en très mauvais état, souligne Brahim Dahmani, administrateur de la Société de Beau-Rivage. La toiture laissait passer la pluie et il y avait des infiltrations.» Le représentant du propriétaire saoudien regrette les retards pris dans la rénovation. Des oppositions ainsi que de longues démarches auprès du Service immeubles, patrimoine et logistique (SIPaL) ont contribué à freiner l’avancée du projet.

Jeudi après-midi, plusieurs ingénieurs se sont déplacés sur les lieux de l’incident. Craignant que d’autres parties du bâtiment ne cèdent, ils ont fait évacuer les habitants d’un immeuble attenant. La route Suisse a été fermée à la circulation. La Police Nyon Région estimait qu’elle le restera jusqu’à ce que les lieux soient sécurisés. En début de soirée, l’axe routier était toujours inaccessible au trafic. L’un des premiers travaux a été de démolir un autre pan de la façade, un autre bout instable. Les gravats ont été évacués en fin d’après-midi.

Homogénéité architecturale
Derrière l’hôtel, Jean-Pierre Darrer, président de Pro Novioduno, association qui a la mission de préserver les éléments essentiels du patrimoine bâti de la ville de Nyon, analyse avec froideur l’incident: «Nous nous étions battus pour garder l’esprit et la qualité de la construction. Aujourd’hui, je constate qu’une partie de la façade disparaît. Peut-être qu’une reconstruction sera entreprise. Nous devrons rester attentifs pour conserver une homogénéité architecturale sur le front de lac.» Avant que les experts ne livrent leur rapport sur la structure du bâtiment et les causes exactes de l’incident, la Société de Beau-Rivage restera prudente sur ses projets d’avenir pour le site.

Créé: 28.06.2018, 15h11

Deux semaines d’une bise devenue décoiffante

Ras-le-bol de la bise? Alors qu’elle dure depuis des jours, elle a atteint son paroxysme dans la journée de jeudi. Des pointes de 94 km/h ont été enregistrées à la Dôle, 68 à Bière, 54 à Lausanne et 42 à Vevey. Même si tous les Vaudois ne l’ont pas perçue de la même façon, la durée de cet épisode météorologique en a étonné plus d’un et bousculé quelques habitudes. Mais la police cantonale ne signale que quelques interventions relevant de l’anecdote.

Cheveux au vent, la perception diverge quelque peu. Cette semaine à Cully, le port de Moratel est le théâtre d’une semaine de régates d’amateurs en soirée. «Les premiers jours, on s’est cru en Méditerranée avec du vent et du chaud, relate François Pittet, président du Cercle de la voile. Mais les départs ont été sportifs.» Jeudi, il songeait toutefois à annuler la régate du jour. «On arrive quand même à la limite de ce que les bateaux de lac peuvent encaisser», dit le navigateur.

«On se trouve depuis le 13 juin dans une tendance quotidienne à la bise»


Toujours sur l’eau, ce sont les pédalos qui sont restés en rade. «Je n’ai pas pu en louer depuis lundi, témoigne Claude Fivaz, à Rolle. À partir de 25 km/h de vent, un pédalo peine trop à rentrer au port.»
Dans les champs, on a pu se réjouir de la fin des pluies de début juin. La bise a séché les céréales, et les moissons ont commencé. «Mais on peut dire que la maturité est un peu forcée par la bise», constate Olivier Sonderegger, au Moulin d’Échallens, alors qu’il reçoit les premières livraisons d’orge. Sa crainte est de voir les autres céréales mûrir trop vite. Dans les vignes, on se réjouit plutôt de la situation. «On voit moins de maladies, moins d’insectes, et la croissance de la vigne s’est calmée», indique Gilles Cornut.

Pour Frédéric Glassey, de MeteoNews, la situation n’a rien d’anormal. «On se trouve depuis le 13 juin dans une tendance quotidienne à la bise», résume-t-il. Le météorologue n’a constaté aucun record, ni dans la durée, ni dans l’intensité. Il remarque toutefois que, après un mois de mai fait d’orages et de pluies avec un courant du sud, la situation est exactement inverse. Dès samedi, le courant s’orientera à l’ouest, avec de la chaleur et le retour des orages.

Alain Détraz

Articles en relation

Le Beau-Rivage doit franchir un dernier obstacle

Travaux Le projet de rénovation de l’hôtel nyonnais a encore pris du retard. Cette fois à cause des monuments historiques. Plus...

Le cube de verre du Beau Rivage, à Nyon, déplaît

Urbanisme Le projet de rénovation de l’établissement historique de Rive fâche Pro Novioduno, qui juge le verre inadapté au quartier. Plus...

Le Beau-Rivage de Nyon fera peau neuve en s’ouvrant sur le lac

Hôtellerie L’établissement, qui sera doté d’une annexe, sera entièrement transformé, avec wellness, fitness et grande brasserie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.