Passer au contenu principal

Lavigny, future capitale de la neuroréhabilitation

Le Service universitaire de neuroréhabilitation verra le jour sur le site de l’institution bien connue dans la région morgienne.

Thierry Siegrist, directeur de l’Institution accueillera bientôt un véritable pôle de compétences à Lavigny.
Thierry Siegrist, directeur de l’Institution accueillera bientôt un véritable pôle de compétences à Lavigny.
Christian Brun

Comme un clin d’œil, le soleil s’est montré un tout petit instant au moment de la cérémonie de la pose de la première pierre du SUN (soleil, en anglais, ou Service universitaire de neuroréhabilitation). L’événement marque le commencement de travaux attendus depuis bien longtemps. «C’est un tournant pour notre institution, a déclaré d’entrée son directeur général, Thierry Siegrist. Cette construction d’importance certaine permettra de déployer de nouvelles activités et créera notamment de l’espace pour réaménager l’institution. Voilà pourquoi le chantier se déroulera par étapes jusqu’en 2024.»

Un pôle d’excellence

Cette nouvelle construction sera un prolongement du bâtiment principal actuel, qui abrite l’hôpital neurologique comprenant un service hospitalier de 41 lits et un appartement thérapeutique. «Au terme des travaux, nous posséderons 65 lits ainsi que de l’espace pour les bureaux et les locaux définitifs du Centre de recherches interdisciplinaires en neuroréhabilitation et neuropsychologie, explique Thierry Siegrist. Actuellement, ce laboratoire existe déjà sur notre site, mais dans des locaux provisoires et dans un espace restreint. Cinq cents mètres carrés seront dédiés à la poursuite du développement de projets innovants dans le domaine de la neuroréhabilitation.»

Avec cette évolution, l'Institution de Lavigny et le CHUV renforcent des liens noués depuis de nombreuses années déjà. C’est en effet au début des années 2000 que les deux entités ont commencé à établir un concept global de réhabilitation neurologique pour le Canton de Vaud. Rejoint par l’Université de Lausanne, le SUN deviendra un véritable pôle d’excellence.

Avec la réunion sur un même site de cliniciens et de chercheurs, les traitements les plus innovants pourront être découverts et testés pour une meilleure prise en charge des patients. Dans le même temps, le CHUV verra son nombre de lits diminuer de 25 à 10 et concentrera son développement sur l’activité ambulatoire, laissant les séjours plus longs à son partenaire de Lavigny.

Des milliers de victimes

En Suisse, toutes les trente minutes une personne est victime d’un accident vasculaire cérébral (AVC), ce qui représente 2000 Vaudois par an. «Neuf fois sur dix, on se remet de ce type d’événement, assure Philippe Eckert, directeur général du CHUV. Mais il faut réapprendre à vivre, et c’est un chemin difficile auquel nous pourrions tous être confrontés un jour.»

Grâce au projet SUN, chiffré à 59 millions — dont 13,8 millions de subvention du Canton —, le CHUV et l’Institution de Lavigny espèrent pouvoir offrir «ce qu’il y a de mieux aujourd’hui, mais aussi ce qu’il y aura demain», a annoncé Philippe Eckert lors de la partie officielle. Également présente, la cheffe du Département de la santé et de l’action sociale (DSAS), Rebecca Ruiz, a tenu à saluer «un ambitieux projet exemplaire». «Nous pouvons parler d’une réalisation qui éclaire le chemin avec de nouvelles manières de collaborer que doivent inventer les acteurs du système de santé», a-t-elle ajouté

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.