Des logements pour valoriser les vestiges de la basilique

NyonUn conseiller communal propose d’en finir avec l’esplanade Jules-César et sa fresque de la basilique romaine de Nyon.

Pierre Wahlen, conseiller communal vert et architecte nyonnais.

Pierre Wahlen, conseiller communal vert et architecte nyonnais. Image: Gilles Biéler

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas même un chat, ce lundi après-midi sur l’esplanade Jules-César, pour admirer la fresque représentant la basilique romaine de Nyon. Celle dont les fondations évidemment en ruine gisent sous cette même place. Normal, dira le conseiller communal Pierre Wahlen. «Cette esplanade n’existe pas, c’est un non-lieu, une absence…» Un constat qui attriste le voisin qu’il est. Auteur d’un postulat qu’il déposera lundi prochain lors de la séance du Conseil, l’élu Vert propose ainsi, simplement, de remplacer l’esplanade par un immeuble abritant des logements protégés. «On pourrait imaginer proposer des appartements dans les étages, tandis que le Musée romain occuperait le rez-de-chaussée et le sous-sol.» Où l’on trouverait, «enfin vraiment mises en valeur», les fondations de la basilique.

Mixité sociale

Une solution qui, insiste l’architecte, offrirait à la Ville de gagner sur tous les tableaux avec ce terrain communal. «D’abord, il est essentiel d’assurer une mixité sociale au centre de Nyon. Avec les rénovations en cascade, les personnes aux revenus modestes sont contraintes de partir en périphérie. Avec cette parcelle qui lui appartient, la Ville a toutes les cartes en mains.» Et puis il y a le Musée romain, «invisible sous cette place». Lui donner davantage de place participerait par ailleurs à dynamiser la rue du Vieux-Marché qui, bien qu’en plein centre, «n’a aucune vie».

Pierre Wahlen part donc au front, lundi prochain, avec le soutien au moins de son parti. «C’est compliqué à faire passer, ce genre d’idée, note celui qui avait essuyé un net refus après une proposition analogue concernant l’amphithéâtre. Ce sera sans doute moins problématique cette fois-ci. On parle quand même d’une dalle en béton sur laquelle personne ne passe!» La Municipalité, quant à elle, ne se prononcera pas avant que le postulat soit pris en compte par le Conseil, et donc, alors, étudié.

Créé: 29.09.2015, 08h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.