M. Propre en campagne contre les déchets sauvages

DurabilitéA Morges, le chef de la voirie mise sur l’appui des restaurants à l’emporter pour encourager les clients à mieux se comporter.

Eric Hostettler (au centre) est parti à la rencontre des commerçants. Ici, Béatrice et Gérard Fornerod.

Eric Hostettler (au centre) est parti à la rencontre des commerçants. Ici, Béatrice et Gérard Fornerod. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un vélo et une remorque chargée de matériel. Tel un facteur, Éric Hostettler a sillonné cette semaine la ville de Morges pour aller à la rencontre des commerçants. Le responsable de la Propreté urbaine – appellation récemment choisie pour remplacer le terme «voirie» – souhaite par ce biais les intégrer à la campagne «Merci de garder Morges propre!»

Depuis le mois d’avril, la commune ne ménage pas ses efforts pour lutter contre le littering – ou déchets sauvages – en déployant tout un arsenal de mesures. Après la pose d’une signalétique sur le mobilier urbain, de 65 cendriers répartis en ville et une campagne d’affichage, c’est donc les commerces qui sont désormais ciblés, et plus précisément les établissements qui proposent de la restauration à l’emporter. «Aujourd’hui, le domaine public est devenu la salle à manger des pendulaires, explique Éric Hostettler. Les gens achètent leur repas et sont prêts à parcourir 500 mètres afin de trouver un coin sympa pour manger. Mais certains ont encore de la peine à faire 20 ou 30 mètres de plus pour déposer leurs déchets dans une poubelle.»

«Nous menons une campagne qui se veut positive. L’idée n’est pas de faire du chiffre avec des amendes»

En faisant participer les commerçants, le responsable espère bien changer ces comportements. «Nous faisons avant tout de la sensibilisation car, si la situation est bonne, certains signaux montrent qu’il est toujours plus compliqué de conserver cette propreté. Même si nous pouvons désormais verbaliser avec la mise en œuvre de la loi cantonale sur les amendes d’ordre, ce n’est pas notre but. Nous menons une campagne qui se veut positive. L’idée n’est pas de faire du chiffre avec des amendes qui doivent avant tout conserver un caractère dissuasif, mais de garder la ville propre, car nous sommes tous concernés et c’est une valeur ajoutée pour tout le monde.»

Outre un document expliquant la démarche, Éric Hostettler a remis aux établissements un autocollant arborant le slogan de la campagne à apposer sur la devanture des commerces et des serviettes en papier sur lesquelles figure en grosses lettres: «Plus de 200 poubelles à votre disposition, évitez l’amende!» Un texte on ne peut plus clair. «Nous en avons commandé 32 000, que nous mettons gratuitement à disposition, car le but est de faire passer le message via ceux qui sont en contact direct avec cette clientèle aux heures des repas. On a réfléchi un moment pour trouver le bon support, car nous ne voulions pas fabriquer un nouveau déchet. Et la serviette nous est apparue comme étant la meilleure solution, puisqu’elle est de toute façon distribuée.»

Commerçants réceptifs

L’accueil réservé au «facteur propreté» lors de sa tournée est encourageant. «C’est une excellente initiative, estime Béatrice Fornerod, prête à participer à l’action dans sa confiserie. On se bat déjà pour inciter les gens à ne plus prendre de cornets. C’est une démarche qu’il faut encourager, mais qui prendra du temps.»

À la buvette éphémère La Coquette, au parc de l’Indépendance, on voit également d’un bon œil la visite du responsable. L’autocollant est immédiatement apposé. «De notre côté, on tente de réduire les déchets en évitant la vaisselle à usage unique, explique Mathieu Winkler, l’un des fondateurs du lieu. On constate que les gens jouent plutôt bien le jeu. Notre travail consiste surtout à ramasser les mégots abandonnés sur le sol.»

Plusieurs actions pour sensibiliser la population seront encore mises en place d’ici à la fin de l’année, même si le combat est quotidien. «Nous avons une belle ville qui mérite d’être gardée propre», conclut Éric Hostettler.

Créé: 16.06.2019, 16h18

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.