Passer au contenu principal

La marche contre Monsanto s'est déroulée sans heurts

Quelque mille militants ont manifesté dans la rue ce samedi, jusqu'au siège de la multinationale.

Les manifestants devant le siège à Morges de la multinationale spécialisée dans les semences OGM et les pesticides Monsanto.
Les manifestants devant le siège à Morges de la multinationale spécialisée dans les semences OGM et les pesticides Monsanto.
Keystone

«A bas Monsanto!», «Résistance!», «Herbicides, pesticides, c'est du suicide!» Une foule en colère a marché ce samedi dans les rues de Morges dans le cadre de la manifestation mondiale contre la multinationale spécialisée dans les pesticides et les semences OGM. Ils étaient à peu près un millier, vêtus de vert et d'attributs végétaux pour clamer le «mécontentement des mauvaises herbes» à l'endroit de Monsanto, qui a l'un de ses sièges dans la petite ville de La Côte.

«Il y a plus de police que de manifestants!» s'exclamait une dame venue de Genève, en début de manifestation. Les forces de l'ordre ont en effet été très présentes ce samedi après-midi pour prévenir tout débordement. La marche s'est déroulée sans incident au son des tam-tam, des slogans et des huées depuis la Grand-Rue jusqu'au siège de Monsanto, derrière la gare.

Devant le bâtiment de la multinationale, davantage de policiers attendaient le cortège, derrière une double rangée de barrières de métal. Des forces de la gendarmerie étaient présentes aux côtés de policiers municipaux et de sécuritas. Un moment de tension a tout de même eu lieu lorsque des manifestants ont tenté de déplacer les haies. Des agents en tenue de protection se sont alors avancés et ont bondi sur les barrières pour les maintenir en place, sous les invectives de certains manifestants.

Mais l'incident n'a pas duré longtemps. Le démarrage des discours au micro a suffi à calmer la foule. Dans un plaidoyer, un militant de SolidaritéS a dénoncé la «politique de développement» de Monsanto qui ne «correspond aux besoins» de personne, ni des agriculteurs, ni des consommateurs, ni de l'environnement. Monsanto, de son côté, a fait valoir il y a deux jours dans 24 heures qu'il «développait de nouveaux outils qui permettent aux fermiers de produire des récoltes en utilisant moins de ressources naturelles».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.