Passer au contenu principal

Des mesures pour lutter contre le plastique à Gland

Largement soutenu par le Conseil communal, Pierre-Alain Bringolf a déposé un postulat qui demande à la Municipalité de s’engager contre cette pollution.

Déchets plastiques rejetés par le lac Léman sur la plage.
Déchets plastiques rejetés par le lac Léman sur la plage.
JEAN-GUY PYTHON

Le constat est alarmant: la masse des déchets plastique affecte les écosystèmes à l’échelle mondiale. Et la Suisse, réputée pour sa propreté, n’y échappe pas. Une étude récente a révélé que des millions de particules plastique flottent dans le Léman. Tous les jours, les pêcheurs prennent des bouteilles, des sacs et autres déchets dans leurs filets. Alain Bringolf, conseiller communal à Gland, convaincu qu’il faut agir au niveau local, a interpellé l’Exécutif pour lui demander des mesures concrètes.

«Nous sommes tous responsables, estime le conseiller membre du groupe politique des Gens de Gland (GdG). Il faut agir à tous les niveaux, y compris à l’échelle communale. Sur son site, le message de l’Office fédéral de l’environnement est confus. Il affirme, je cite, que «tous les déchets plastique en Suisse sont recyclés ou valorisés énergétiquement d’une façon respectueuse de l’environnement». Mais il oublie de préciser qu’un bon tiers de ces déchets, soit une centaine de millions de tonnes, échappe à tout traitement et part dans la nature.»

Alain Bringolf s’est bien documenté avant de déposer son postulat, dans lequel il présente un florilège de mesures prises dans d’autres villes et communes. Par exemple, Genève vient d’annoncer qu’elle allait bannir tous les plastiques à usage unique (gobelets, pailles, cuillers à glace…). Et la Commune du Grand-Saconnex (GE) a contacté les distributeurs pour les encourager à installer des comptoirs pour déballer et récupérer les emballages plastique des courses de leurs clients.

«La Municipalité de Gland pourrait faire de même avec la Coop et la Migros installées ici, suggère le postulant. Et la Ville, lors des manifestations, et au marché hebdomadaire, pourrait inciter les vendeurs et les consommateurs à utiliser des récipients alternatifs au plastique. Il y a plein de choses à faire.» Jeudi dernier, chaque conseiller communal avait une bouteille d’eau en plastique sur sa table…

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.