Monsieur Morges Tourisme dynamise toute la région

PortraitDepuis treize ans, Ermanno Castelli est à la tête de l’Office du tourisme de Morges, qui s’est élargi à l’ensemble du district.

En poste depuis treize ans, Ermanno Castelli connaît Morges sous toutes ses coutures.

En poste depuis treize ans, Ermanno Castelli connaît Morges sous toutes ses coutures. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Assis sur une terrasse au bord du lac, à Morges, Ermanno Castelli est rayonnant. Il fait face au soleil. Après quelques secondes, ses yeux se plissent avant qu’il ne place sa main sur son front pour les protéger. En ce lundi matin printanier, à quelques pas du Léman, l’impression d’être en vacances est omniprésente. Un sentiment renforcé par son léger accent chantant. «Je suis un Tessinois pur et dur», glisse-t-il tout en sirotant un thé froid à la paille.

Lorsqu’il sourit, deux fossettes viennent se dessiner sur ses joues. Avec un ton calme, rassurant, l’homme de 50 ans confie d’emblée être passionné par son métier. Depuis treize ans, il est le Monsieur Tourisme de Morges. Et, cerise sur le gâteau, il est à la tête de l’Association Morges Région Tourisme, qui promeut l’ensemble du district de Morges depuis une année.

Virage à 180 degrés
Au départ pourtant, rien ne le prédestinait à occuper de telles fonctions. Fils de physiothérapeutes, sa voie semblait déjà toute tracée. «Après que j’ai abandonné une école d’architecture à Lugano, mes parents m’ont envoyé à Lausanne apprendre le français.» Une fois un baccalauréat international en poche, ce Pranginois d’adoption entame plusieurs stages en physiothérapie, notamment à l’Hôpital orthopédique de Lausanne. Mais aucun ne lui permet de décrocher le précieux sésame pour entrer dans une école spécialisée dans cette branche.

Ermanno Castelli décide alors de prendre un virage à 180 degrés dans sa vie professionnelle et de se tourner vers ce qui le botte depuis toujours: le tourisme. «Je ne suis pas un physio frustré, mes parents le sont peut-être davantage», poursuit-il en éclatant de rire. Il quitte alors Lausanne pour Sierre, où il entre à l’Ecole suisse de tourisme. Ce sera une véritable révélation pour celui qui est né dans un canton où le tourisme a acquis ses lettres de noblesse depuis belle lurette.

De retour sur les rives du Léman, il est engagé à Genève Tourisme à tout juste 25 ans. Il y fera une rencontre déterminante. C’est en effet là qu’il a connu Anne-Laure, sa femme, avec qui il a eu deux enfants, Laetitia et Gabriel. Après avoir dirigé le service congrès et logement pendant dix ans, Ermanno Castelli est propulsé directeur de l’Office du tourisme de Morges. «Au départ, nous étions trois avec un stagiaire. Aujourd’hui, nous sommes une dizaine d’employés.»

Plus de moyens financiers
Petit à petit, le bureau touristique morgien a pris du galon. «Lorsque je suis arrivé, la structure était davantage axée sur Morges. La nouvelle association, à laquelle la majorité des communes du district ont adhéré, a eu le mérite d’avoir clarifié les choses. Nous avons dés­ormais tout le territoire à mettre en avant. Et nous disposons de moyens financiers plus importants.» La Fromagerie gourmande de Montricher et sa Maison de l’écriture ou encore le château de La Sarraz et la Fête de la tulipe de Morges sont des endroits et des manifestations qui font la richesse du district, du bord du lac jusqu’au pied du Jura.

Par ailleurs, la création de cette nouvelle structure touristique a récemment permis d’attirer un événement dont les retombées, notamment en termes de retransmissions télévisuelles, sont énormes. Morges Région Tourisme a en effet financé le départ de la deuxième étape du Tour de Romandie, à Apples. Un joli coup qui a permis de faire une large publicité à l’ensemble de la région morgienne.

Si la promotion des produits du terroir de ce coin de pays fait partie des priorités du directeur, il souhaiterait aussi que cette région se dote d’un établissement hôtelier plus important. Le tout pour accueillir des personnes qui participent à des congrès. «C’est le seul petit bémol, car nous devons souvent les envoyer à quelques kilomètres dans des hôtels situés à Lausanne.»

Créé: 18.05.2015, 10h01

Un nouveau président est recherché

Pendant une année, Paul-Henri Marguet, ancien syndic de La Chaux, a présidé la nouvelle entité Morges Région Tourisme. Mais les récents événements politiques dans le petit village ont changé la donne. «En quittant mon siège de syndic, j’ai aussi dû démissionner de l’association touristique dans la foulée, confirme Paul-Henri Marguet. Je n’avais plus aucune légitimité pour y rester.» Du coup, c’est Yves-Etienne Kahn, actuel vice-président de l’organisme, qui assure l’intérim. «Il n’y a pas d’urgence à trouver un nouveau président, précise-t-il. Nous regrettons son départ. Notre comité directeur va entamer une réflexion pour revoir quelque peu son organisation.» Cette réflexion sera ensuite présentée lors d’une prochaine assemblée générale. Outre son poste au sein de Morges Région Tourisme, Paul-Henri Marguet a aussi dû démissionner de la présidence de l’Association intercommunale de la piscine et du camping de la Venoge. Quant à l’Association pour la région Cossonay-Aubonne-Morges, elle devra aussi le remplacer à la présidence de son comité du plan directeur régional.

Articles en relation

Transformé, l'Office du tourisme de Morges n'aura plus de bureau

La Côte Dans le cadre de la transformation de l'antenne touristique, sept employés devront bientôt travailler ailleurs. La Ville leur cherche un nouveau toit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.