A Morges, le PS et les Verts se rabibochent pour freiner la droite

La CôteDans une situation de ballottage général, onze candidats sur treize se représentent. La gauche resserre les rangs face à une droite désunie.

Au premier plan, Vincent Jaques, syndic socialiste sortant, et Sylvie Podio, municipale sortante Verte, incarnent l’union retrouvée à gauche de l’échiquier politique.

Au premier plan, Vincent Jaques, syndic socialiste sortant, et Sylvie Podio, municipale sortante Verte, incarnent l’union retrouvée à gauche de l’échiquier politique. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la course à la Municipalité, les partis morgiens ont un appétit d’ogre. Quitte pour certains à avoir les yeux plus gros que le ventre. Pour le second tour, aucune formation n’a en effet voulu lâcher son os. Résultat: onze candidats sur treize au premier tour, qui s’étaient tous heurtés au ballottage général, se relancent dans la bataille. Certains n’hésitant pas à faire fi du score médiocre obtenu dimanche.

Dans cette course, la gauche – indétrônable depuis une dizaine d’années – l’a bien compris. Elle doit à tout prix freiner une droite menaçante qui ne cesse de monter et qui l’a clairement empêchée de passer l’obstacle du premier tour. Pour ce faire, socialistes et Verts, en froid depuis 2012 lorsque Sylvie Podio s’était présentée à la syndicature face à Vincent Jaques, ont décidé de se rabibocher pour ce second tour. Et d’enterrer définitivement la hache de guerre au passage. Sur deux listes communes, ils présentent donc le syndic sortant, Vincent Jaques, l’actuel municipal Eric Züger, Philippe Deriaz et Anne-Catherine Aubert pour le PS ainsi que la sortante Sylvie Podio pour les Verts.

Hier, à l’heure du dépôt des listes, cette dernière ne cachait pas son soulagement. Il faut dire que dimanche elle a eu des sueurs froides en découvrant sa huitième position derrière les trois candidats PLR. «Cette alliance a toujours été notre souhait de départ. Je le répète, la gauche est plus forte lorsqu’elle unit ses forces», confie-t-elle.

Le PLR fulmine

A droite, on goûte peu la stratégie opérée par les adversaires politiques. Le PLR, qui a gagné trois sièges au Conseil communal alors que le PS en a perdu cinq, l’a clairement en travers de la gorge. Il faut dire que les deux formations sont au coude-à-coude au délibérant: 32 conseillers pour le PLR contre 33 pour le PS. «Présenter cinq candidats sur une même liste, au vu des résultats de dimanche, c’est de l’arrogance totale, fulmine Pierre-Marc Burnand, vice-président du PLR Morges. Pour notre part, nous représentons nos trois candidats (ndlr: l’actuel municipal Jean-Jacques Aubert, Mélanie Wyss-Pittet et Baptiste Müller). Nous ne réclamons pas la majorité mais un rééquilibrage qui soit en adéquation avec les forces en présence au Conseil.» Pour rappel, même si le parti à la rose est arrivé en tête au premier tour, le PLR a réussi à placer ses trois candidats dans les sept premiers.

«Je me relance pour donner encore plus de force à la droite, qui est désormais majoritaire au Conseil avec 53 élus à droite et 47 à gauche»

Pour autant, les partis de droite ont décidé de continuer à faire cavalier seul dans cette campagne. Malgré le mauvais résultat obtenu par l’UDC, qui est arrivée en queue de peloton, le parti agrarien a décidé de représenter Jean-Pierre Morisetti. «Je me relance pour donner encore plus de force à la droite, qui est désormais majoritaire au Conseil avec 53 élus à droite et 47 à gauche. Nous recommanderons d’ailleurs à nos électeurs de compléter la liste avec les trois candidats PLR pour soutenir la droite.» Au PLR, la même consigne sera également donnée.

La stratégie choisie par les camps bourgeois est à double tranchant. Avec les résultats obtenus dimanche, la droite pourrait gagner en puissance. Mais sa dés­union pourrait aussi clairement faire le beurre de la gauche. «Si le but de la droite est de renverser la majorité à la Municipalité et qu’elle n’arrive déjà pas à s’entendre pour le second tour, je ne sais pas quelle politique elle souhaite mener ces cinq prochaines années», s’interroge Bastien Monney, coprésident du PS Morges.

L’arbitrage du centre

Au centre, l’Entente Morgienne a décidé de jouer son rôle d’arbitre plus que jamais. Elle représente donc Philippe Laurent, qui a pourtant obtenu un petit 16,13% au premier tour. «Je suis un battant de nature même si les résultats jouent plutôt en ma défaveur, analyse-t-il. Je veux toutefois montrer qu’une troisième voie existe à Morges, loin des schémas polarisés entre gauche et droite.»

Une candidature qui pourrait clairement faire de l’ombre à Daniel Buache, le municipal sortant Indépendant, relégué au neuviè­me rang dimanche et qui se représente. Il faut dire que ce dernier joue très gros. Quelques mois après son élection en 2011, il avait vendu ses deux boulangeries pour se consacrer à la chose publique. Pas de quoi inquiéter le principal intéressé: «J’ai encore toutes mes chances, surtout que le deuxième tour ne se joue pas à la majorité absolue. Et, il y a cinq ans, j’avais été élu au second tour. Je ne vois pas pourquoi le scénario serait différent cette fois-ci.»

Créé: 01.03.2016, 17h25

Articles en relation

En perte de vitesse, le PS ne peut éviter le ballottage

Morges Aucun des treize candidats n’a passé au premier tour. Même le syndic n’a pas été réélu. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.