Les Morgiens découvrent le futur visage de la gare

UrbanismeDeux cents personnes ont assisté à la présentation du nouveau secteur de la gare par les CFF.

A l'avenir, la place de la gare ainsi que tout le quartier sera remodelé.

A l'avenir, la place de la gare ainsi que tout le quartier sera remodelé. Image: Aeby Perneger & Associés SA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le projet est certes conséquent, mais j’estime qu’il est nécessaire. Aujourd’hui, la place de la Gare est une cata et l’ensemble du quartier est glauque et délabré. L’aspect commercial est inexistant et il n’y a aucune animation.» A l’image de ce Morgien, ils étaient près de 200 habitants à avoir fait le déplacement dans les halles CFF, mardi soir, pour assister à la présentation publique de la Ville et des CFF, qui ont dévoilé le nouveau visage de la gare. Une démarche minutieusement calculée. Les CFF s’apprêtent en effet à soumettre à l’enquête publique leur projet pharaonique, estimé à 180 millions, dans quelques jours.

Il faut dire que ce secteur stratégique de la localité subira une véritable métamorphose pour accueil­lir à terme un millier d’habitants ainsi que 600 travailleurs. Une mue qui passera par la démolition de l’ensemble des constructions actuelles, pour faire place à des immeubles flambant neufs.

Le premier acte de ce gigantesque chantier sera joué par les CFF, l’un des deux propriétaires fonciers du secteur de Morges Gare-Sud, qui espèrent obtenir le permis de construire en septembre. Concrètement, trois imposants bâtiments seront construits à la place du P+R, des halles CFF et du bâtiment UCAR. «Au rez du bâtiment «Rail», proche des voies de chemin de fer, il y aura une zone commerciale, puis deux niveaux administratifs. Le reste sera dédié au logement», explique Crispino Buccino, chef de projet aux CFF. Dans le deuxième, plus ou moins la même configuration est prévue. «Nous souhaitons réellement apporter de la vie dans ce quartier. Ce bâtiment longera d’ail­leurs une grande allée centrale, où nous mettrons en place un concept commercial, avec des restaurants, des take away, une pharmacie, des boutiques ou encore des épiceries», poursuit-il, tout en rappelant que les voitures seront bannies en surface.

Des structures publiques

Enfin, dans le dernier immeuble, une crèche de 44 places, une école de 12 classes ainsi que 28 logements protégés seront construits par la Ville de Morges. Au total, 225 appartements seront créés par l’ex-régie fédérale dans les trois immeubles. «Il n’y aura pas de PPE, mais uniquement des appartements en location», assure encore Crispino Buccino. Dans la salle, un habitant a vivement regretté qu’aucune coopérative d’habitation ne soit associée au projet.

Côté communication, ce secteur a été rebaptisé quartier des Halles pour garder le souvenir de la mythique structure boisée, qui devrait, dans une année seulement, être l’une des premières à tomber. Mardi, dans la salle, plusieurs habitants ne cachaient pas leur pincement au cœur de voir bientôt détruit ce lieu, écrin du salon des vins Arvinis. «Je trouve vraiment dommage qu’on n’ait pas réussi à les intégrer au projet. Il y a un côté folklorique de la ville qui disparaît», réagit Françoise Meyer, Morgienne d’origine, au terme de la séance. Et Jean-Claude Gachoud de lui emboîter le pas: «Cette perte, c’est vraiment dommage. Mais ce projet est une bonne chose pour Morges, qui manque de logements. On ne peut pas y couper.»

Enfin, le fonds de placement SIMA que gère UBS, propriétaire de l’îlot sud de la gare, devrait donner les premiers coups de pioche dans le courant de l’année 2018. En décembre dernier, il a lancé son concours d’architecture. Le lauréat devrait être connu à la fin de cette année. Par rapport aux locataires et aux commerçants qui devront céder leur place aux futurs bâtiments, le fonds précise que «l’ensemble des locataires ont été avertis il y a plusieurs années déjà. Une structure d’accompagnement a été mise en place auprès de la régie afin de faciliter leur relogement.»

Créé: 02.03.2016, 17h30

Le P+R fermé deux ans

La nouvelle risque d’en faire bondir plus d’un. Durant une partie des travaux, les CFF seront contraints de fermer le P+R, qui compte aujourd’hui 240 places. «Entre septembre 2017 et août 2019, ce parking disparaîtra, confirme Crispino Buccino, chef de projet aux CFF. Nous cherchons actuellement des solutions alternatives pour pallier ce manque.»

Le P+R actuel est déjà victime de son succès. Pour espérer obtenir une place et venir à bout de la longue liste d’attente, il faut patienter environ cinq ans.

Lors de sa réouverture, le nouveau P+R comptera 310 places. Il se trouvera au troisième niveau du parking souterrain qui sera construit sous les deux bâtiments centraux. A noter que le premier niveau sera réservé aux locataires et que le second sera mis à disposition du public. Ces deux niveaux compteront 413 places au total.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.