Passer au contenu principal

«Le Musée du cheval a de bonnes chances de survivre»

La réouverture progressive du château et le succès de l’expo sur les cavaliers des JO permettent au MUCHE d’entrevoir l’avenir plus sereinement.

Le Musée du cheval est installé dans une annexe du Château de La Sarraz.
Le Musée du cheval est installé dans une annexe du Château de La Sarraz.
PHILIPPE MAEDER

Les nuages financiers qui planaient au-dessus du Musée du cheval semblent se dissiper. Installé dans l’une des annexes du château de La Sarraz, le MUCHE jouit de la réouverture progressive du majestueux édifice après deux ans de fermeture («24 heures» du 12 juillet).

«Si les solutions esquissées pour pérenniser les lieux se réalisent, nous aurons beaucoup de chances de survivre, avance Robert Chanson, président du MUCHE. Nous pourrions notamment remettre en place des billets combinés.» De son côté, la Fondation créée dernièrement pour remplacer l’ancienne Société des Amis du château de La Sarraz (SACS) préfère ne pas mettre la charrue avant les bœufs. «La mise en place de la stratégie pour l’avenir du site est prévue pour la fin de l’année, il est donc encore un peu trop tôt pour affirmer quoi que ce soit, indique Cristelle Burlot, membre du conseil de fondation. Cela dit, si le Musée du cheval peut faire partie du projet global, ce sera une bonne chose.» Ces deux dernières années, le loyer payé par le MUCHE lui a permis de garder la tête hors de l’eau. «Nous espérons que la nouvelle fondation continuera dans cet ordre d’idées», ajoute Robert Chanson.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.