Mystérieuse découverte archéologique à Morges

FouillesDes vestiges du passé ont été révélés sur le chantier de l’Eglantine. Mais leur nature exacte n’est pas encore connue.

Le chantier de l'Eglantine prévoit la construction de quatorze immeubles.

Le chantier de l'Eglantine prévoit la construction de quatorze immeubles. Image: Théo Jotterand

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Plusieurs sondages ont révélé des vestiges protohistoriques, indiquant la présence d’un site encore inconnu sur certains secteurs des parcelles concernées.» Voilà un extrait d’une lettre adressée en mai par la Direction générale des immeubles et du patrimoine aux responsables du chantier de l’Églantine à Morges, où la construction de 14 bâtiments est prévue. Un courrier que l’on s’est procuré récemment et qui confirme les rumeurs circulant en ville ces derniers mois.

Des structures datant de la protohistoire ont donc bel et bien été trouvées au nord-ouest de la commune. Pour les novices, cette période correspond à l’âge du bronze (2200 à 800 av. J.-C.) et à l’âge du fer (800 à 52 av. J.-C.). Y aurait-il un lien avec la nécropole du Boiron située à quelques centaines de mètres à vol d’oiseau et qui faisait office de cimetière durant le bronze final (XIe au IXe siècle av. J.-C.)? Impossible de le dire pour le moment, les services archéologiques cantonaux ne souhaitant pas en révéler davantage.

Chantier retardé

«Je comprends que les gens aimeraient savoir ce qu’il se passe, mais nous suivons la procédure et ne communiquerons pas sur ce sujet avant la fin de la fouille préventive et la première analyse des trouvailles sur le terrain, explique Nicole Pousaz, archéologue cantonale. Je peux néanmoins d’ores et déjà affirmer qu’aucun amphithéâtre n’a été découvert.»

Sur le chantier, des zones à risque ont été identifiées et des exigences particulières dans la manière de procéder aux travaux définies par les autorités vaudoises. C’est l’entreprise Archeodunum qui s’assure du respect des prescriptions cantonales et réalise les excavations. «Il est aujourd’hui difficile de dire combien de temps elles vont encore durer, car nous sommes tributaires du calendrier des terrassements», indique Nicole Pousaz. Il est en revanche acté que les fouilles vont retarder l’avancement du projet et engendrer des coûts supplémentaires à la charge des propriétaires. Ces derniers peuvent néanmoins solliciter une participation financière de l’État.

Créé: 12.09.2019, 16h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.