Passer au contenu principal

Le mystérieux héritage promis à Saint-Prex bloqué à la dernière minute

Un couple a légué près de 900 000 francs à la Commune l'an dernier. Un recours a cependant été déposé juste dans les délais.

Le couple habitait depuis 1976 une jolie maison nichée dans un quartier résidentiel, mais n’était pas véritablement connu au village.
Le couple habitait depuis 1976 une jolie maison nichée dans un quartier résidentiel, mais n’était pas véritablement connu au village.
Florian Cella

Pour une Commune, accepter un héritage ressemble la plupart du temps à une simple formalité «technique», le seul écueil étant de faire accepter le cadeau tombé du ciel par le Conseil communal. À Saint-Prex, la procédure n’a d’ailleurs pas pris plus de quelques secondes l’été dernier lorsqu’il s’est agi d’empocher 873'193 francs d’une citoyenne décédée le 25 janvier 2019 et qui a fait don de ses biens pour moitié à son village, l’autre allant à la Fondation Pro Senectute.

Pourtant, le montant ne figure pas dans le bouclement des comptes de l’année écoulée pour la simple et bonne raison qu’une opposition de dernière minute a été déposée devant la justice de paix. Alors qu’on imaginait la bienfaitrice – Marlies von Schallen – sans famille, il est cependant apparu que des descendants existaient bel et bien du côté de son défunt mari, rendant compliquée une affaire apparemment simple, l’émotion se mêlant également logiquement aux discussions.

«La Municipalité est un peu mal à l’aise, car elle se retrouve au centre de cette affaire alors qu’elle ignorait évidemment que des prétentions pouvaient exister dans la sphère familiale, qui est domiciliée à l’étranger», explique Carine Tinguely, municipale chargée du dossier. «Nous devons tout de même faire valoir nos intérêts dans le sens de la décision du Conseil, mais ce n’est pas comme si nous devions défendre un projet communal porté par le collège. À part attendre et nous conformer aux décisions futures de la justice, il n’y a pas grand-chose d’autre à exprimer pour le moment.»

Couple très discret

Alerté par un article du journal local tombé entre ses mains plusieurs semaines après la séance de l’organe délibérant saint-preyard, un membre de la famille, installé en France, s’estimant lésé, s’est immédiatement rendu à Saint-Prex pour rencontrer l’Exécutif avant de tenter de faire stopper la procédure auprès de la justice de paix de Morges.

Selon nos informations, ce n’est cependant pas son nom qui se trouve au bas de l’opposition en question, et les motivations du recourant relèvent donc du mystère, comme finalement l’ensemble de ce dossier. Personne en effet ne connaissait vraiment le très discret couple von Schallen ni n’a le souvenir de l’avoir vu participer à la vie locale, rendant leur beau geste incompréhensible pour beaucoup.

Délai d’une année

Le recours a pour effet de bloquer la délivrance du certificat d’héritier, la justice ayant un an pour faire la lumière sur les prétentions de chacun. En attendant, les 2 millions de francs au total laissés par le couple demeurent confinés. La part saint-preyarde devait servir «aux personnes âgées se trouvant dans le besoin et favoriser la création d’un établissement médicosocial à Saint-Prex».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.