A Nyon, les bustes romains prendront le bus

Conseil communalLe Conseil a refusé l’achat d’une camionnette au Service de la culture. Qui devra donc se débrouiller autrement pour transporter son matériel.

Pour transporter cette

Pour transporter cette "tête de Jupiter" du Musée romain à Champ-Collin, où se trouve le dépôt des biens culturels, les collaborateurs du service de la Culture «n'auront qu'à prendre le bus» ont plaisanté deux conseillers nyonnais. Image: Georges Meyrat/archive

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le crédit aurait pu passer comme une lettre à la poste. 136 109 francs pour le remplacement et l’achat de deux véhicules pour les services des Sports et de la Culture et d’une machine tractée pour les Espaces verts, le tout amorti en cinq ans… Bref, rien de bien piquant. Sauf qu’en cette période de défiance entre Conseil et Municipalité de Nyon, chaque sou est un sou. Surtout lorsqu’il s’agit du Service de la culture. Qui, donc, souhaitait acquérir une camionnette. Un achat biffé par un amendement proposé par la commission ad hoc et accepté par le délibérant.

Avant le vote, l’élu indépendant Jacques Hanhart s’étonnait: «Une camionnette? Pour 7000 kilomètres par an? Vous qui prônez l’écologie, qu’allez-vous faire de tous ces véhicules? Vous demandez à tout le monde d’utiliser les transports en commun, les employés du Service de la culture n’ont donc qu’à prendre le bus!» «Je ne répondrai pas à l’humour par l’humour», s’est alors contenté de dire le syndic, Daniel Rossellat. Qui s’est montré un brin plus agacé après que l’UDC André Francis Cattin eut répété qu’«à la Culture, ils n’ont qu’à prendre le bus». «C’est ma fête ce soir! a ainsi démarré Rossellat. On parle d’une camionnette, là. Pour transporter des objets, pas des personnes. Nous avons trois musées, un dépôt à l’autre bout de la ville, avec du matériel lourd et précieux à déplacer. Mais si vous pensez pouvoir le glisser dans un bus…»

«On ne peut pas tout centraliser»

Reste que l’argument le plus sérieux, soulevé par la commission et prolongé par un postulat déposé en fin de séance par Yves Gauthier-Jaques, est celui de la mutualisation des véhicules communaux entre les services, afin d’avoir une utilisation optimale du matériel à disposition. Car «7000 kilomètres par an, c’est vraiment peu!» a répété Jacques Hanhart. «Avec des sites partout en ville, on ne peut pas tout centraliser, ce serait contre-productif, a brièvement répondu le syndic. Il y a des limites à ce fantasme.» Quant aux services des Sports et des Espaces verts, ils auront, eux, leurs véhicules, le préavis amendé ayant été très largement accepté.

Créé: 02.03.2016, 17h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.