Passer au contenu principal

A Nyon, la création se joue du handicap mental

Un atelier de design professionnel emploie des jeunes en situation de handicap. Une démarche pionnière en Suisse.

Ursula Kvenzi, à gauche, est l'une des créatrices de Sweet Rebels. Elle a le soutien d'Alev Demir, stagiaire au sein de la structure.
Ursula Kvenzi, à gauche, est l'une des créatrices de Sweet Rebels. Elle a le soutien d'Alev Demir, stagiaire au sein de la structure.
Odile Meylan

Autour de la grande table, une drôle d’équipe travaille à la création des futures contreparties que recevront les donateurs d’une prochaine campagne de financement participatif. Guidés par deux professionnels, quatre jeunes doivent imaginer la forme, le design et le slogan pour ces cadeaux. Tous souffrent d’un handicap mental plus ou moins prononcé et certains sont résidents dans des institutions, à Lavigny ou à l’Espérance à Etoy. Ensemble, ils forment le studio professionnel de design Sweet Rebels, qui vient d’ouvrir ses portes à Nyon.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.