Passer au contenu principal

Nyon devient la Mecque de la brique Falconnier

L’expo au château a remis en lumière l’invention nyonnaise. Les retombées sont très positives.

Les briques Falconnier avaient différentes formes et différentes couleurs. Ici le modèle n°5.
Les briques Falconnier avaient différentes formes et différentes couleurs. Ici le modèle n°5.
DR
Pour l'Exposition universelle de Chicago en 1893, Gustave Falconnier avait fabriqué une petite serre avec ses briques (à droite). Elle était située devant le pavillon horticole.
Pour l'Exposition universelle de Chicago en 1893, Gustave Falconnier avait fabriqué une petite serre avec ses briques (à droite). Elle était située devant le pavillon horticole.
DR
Sa maison dans le quartier de Rive à Nyon avait servi de laboratoire pour des expérimentations encore visibles aujourd'hui.
Sa maison dans le quartier de Rive à Nyon avait servi de laboratoire pour des expérimentations encore visibles aujourd'hui.
RAPHAËL EBINGER
1 / 8

La brique Falconnier est ressortie de l’ombre avec brio. Et c’est tant mieux pour une invention de la fin du XIXe siècle qui se joue si bien de la lumière, la laissant passer tout en garantissant l’intimité à celui qui est derrière. L’exposition temporaire qui lui était consacrée au château de Nyon a connu un tel succès, entre juin 2018 et septembre 2019, qu’elle sera prolongée de manière permanente d’ici quelques mois.

«J’ai prévu de lui consacrer un espace d’ici à 2022, précise Vincent Lieber. Nous sommes l’un des seuls endroits en mesure de montrer ces briques.» Le directeur du musée espère aussi élaborer un petit guide qui permettrait aux visiteurs de se promener dans la ville à la découverte des monuments dans lesquels des briques Falconnier sont visibles.

«La brique Falconnier a suscité beaucoup d’enthousiasme»Aline Jeandrevin, Historienne

Le succès a surpris l’historienne Aline Jeandrevin, qui a participé au montage de l’exposition et qui est aujourd’hui la plus grande experte de l’invention en verre soufflé de l’ancien préfet de Nyon. «Elle a suscité beaucoup d’enthousiasme auprès des historiens, mais aussi du grand public. Je ne pouvais rêver mieux.» Elle et Vincent Lieber ont ainsi été sollicités par de nombreux musées et institutions à travers l’Europe, heureux de pouvoir avoir accès à des connaissances jusque-là rares. Aucune publication fouillée n’existait sur le sujet avant celle rédigée par Aline Jeandrevin dans le cadre de l’exposition.

«C’est assez fou comme la brique est devenue un sujet d’histoire rapidement, admet l’historienne. Elle était oubliée il y a encore trois ou quatre ans. Désormais, elle est devenue vendeuse et attractive.» Pour preuve, des publications dans différents médias, dont «Monumental», une revue française bisannuelle de référence dans le domaine du patrimoine bâti. Une exposition est également sur le point d’être montée à l’étranger. Vincent Lieber garde le secret de sa localisation, puisque rien n’est encore acquis.

Une belle occasion de s’enrichir

La médiatisation de la brique Falconnier a également redonné de la valeur aux collections poussiéreuses qui sommeillaient dans certaines caves. Si des propriétaires en ont fait don au château dans un souci de conservation de ce patrimoine, d’autres ont vu une belle occasion de s’enrichir. Certaines briques se négocient désormais plus de 50 francs pièce sur internet, alors qu’elles ne valaient pratiquement plus rien il y a cinq ans.

Il n’empêche que l’exposition temporaire a participé concrètement à la conservation d’un patrimoine en essayant de reproduire des briques avec lesquelles des murs ont été construits. Des compétences d’une grande valeur à l’heure où les ouvrages en possédant doivent impérativement être rénovés. Une équipe d’experts autour d’Aline Jeandrevin est ainsi intervenue dans une cage d’escalier à Zurich et s’apprête à le faire dans une maison à Prangins.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.