A Nyon, la droite enterre un achat de terrain pour 30 millions

Conseil communalLa Ville voulait mettre la main sur une parcelle de 40 000 mètres carrés. Une politique contrecarrée par la majorité du Conseil.

La parcelle de 40 000 mètre carrés que la Ville de Nyon voulait acheter pour maîtriser le foncier. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La législature s’est terminée avec un gros crève-cœur, lundi, pour la gauche et le syndic de Nyon, Daniel Rossellat. La majorité de droite, celle qui gouvernera l’Exécutif dès la rentrée, a refusé le rachat d’une grande parcelle de 40?000 m2 au nord de la cité, dans le secteur de la Petite Prairie. Lors des débats, deux visions se sont affrontées sur la manière d’accompagner le développement de la ville.

Pour la gauche, il s’agissait d’une occasion exceptionnelle de mettre la main sur la dernière grande parcelle constructible du territoire nyonnais. Située dans le périmètre de la future route de desserte urbaine (RDU) et proche du complexe sportif et scolaire du Reposoir en construction, elle revêtait une importance stratégique dans le cadre de la politique foncière de la Ville. Celle-ci vise à maîtriser un maximum de terrains pour favoriser ensuite, par l’octroi de droits de superficie à des coopératives ou à des entreprises, des logements à loyers abordables et des locaux pour PME ou start-up.

La droite opposée

Or, pour la droite, il était inacceptable d’augmenter encore la dette communale de 30 millions de francs «juste pour ne rien faire», puisque la Municipalité n’entend pas réaliser cette parcelle avant cinq à dix ans. Car sa priorité, comme celle de la droite d’ailleurs, est de mettre les moyens dans le développement du projet «Cœur de ville», englobant le Martinet, la gare et Perdtemps, censé redynamiser le commerce local.

La droite a regretté cette «politique attentiste», qui gèle la création de logements par des privés, à l’époque où il faut plutôt l’encourager. «Freiner le développement du nord en pensant favoriser l’aménagement du centre-ville est une fausse bonne idée», relevait le rapporteur de minorité, le PLR Régis Joly.

Autre aspect qui chiffonnait la droite, les conditions d’achat de la parcelle. Grâce à une vente de gré à gré, négociée avec la banque créancière, la Ville pouvait acquérir ce terrain à un prix relativement favorable avant la vente aux enchères, prévue le 13 juil­let prochain.

Mais cette vente à terme conditionnelle n’était pas encore signée par l’un des deux propriétaires concernés, pas plus que la convention avec une caisse de pensions, qui pourrait se porter acquéreur de la parcelle en cas d’un refus du Conseil communal. En revanche, un promoteur a renoncé à son droit de préemption sur la parcelle.

«C’est regrettable. Les seules mauvaises décisions de ces cinquante dernières années ont été quand la Ville a renoncé à acheter des terrains»

Même si l’UDC André Francis Cattin s’est élevé contre son clan, en regrettant le manque de courage de la droite, celle-ci a a enterré le projet par 45 non contre 42 oui et une abstention. Celle du PLR Maurice Gay, qui sera le prochain municipal de l’Urbanisme. «C’est regrettable. Les seules mauvaises décisions de ces cinquante dernières années ont été quand la Ville a renoncé à acheter des terrains», déplorait Daniel Rossellat à l’issue du vote.

Quant au Parti socialiste et aux Verts, ils ont dénoncé en commun et avec force le manque de vision de la majorité bourgeoise. «Nous resterons attentifs, au début de la prochaine législature, à ce qu’elle fasse pencher la balance en faveur de l’intérêt public», notaient leurs chefs de file, Dominique Karlen et Pierre Wahlen. (24 heures)

Créé: 28.06.2016, 08h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.