Le Nyon – Saint-Cergue fête ses nouveaux trains

TransportsLa compagnie présentait jeudi la première de ses quatre rames flambant neuves.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le petit train rouge vient de prendre un sacré coup de jeune. D’ailleurs, dans l’aller-retour inaugural qui emmenait jeudi moult officiels entre Nyon et Genolier, on se demandait s’il était encore opportun de le qualifier de «petit».

Sept ans après le tout premier appel d’offres pour renouveler la flotte du Nyon - Saint-Cergue- Morez, la première rame livrée par Stadler Rail fêtait donc ses premiers passagers. Pour une course de ligne, il faudra attendre jusqu’au 23 novembre.

Parmi les cinq compagnies s’étant alliées pour renouveler leur matériel, le NStCM avait été livré le premier. Il est donc le premier à le mettre en exploitation. «Ces quatre nouvelles rames, c’est un bond en avant de trente ans!» s’enthousiasme Pascal Juillerat, responsable de la maintenance. Trente ans, c’était avant Internet, avant les smartphones.

Technologie

«On ne se rend pas bien compte des changements que ça représente. Dans ces nouvelles rames, tout est différent. C’est un peu comme passer à une voiture moderne, avec ABS, diagnostics électroniques, climatisation…» Ainsi l’ordinateur de bord, qui prenait plusieurs rayons d’une armoire dans les modèles 1985, n’est aujourd’hui pas plus grand qu’un appareil photo reflex. «Et on l’a doublé, comme tout d’ailleurs!» Une redondance, pour prendre le terme technique, qui permet d’éviter que la panne d’un circuit n’immobilise le train.

«Avant, suivant la panne électrique, on était bon pour venir remorquer la rame.» Un risque impossible à prendre, d’autant moins avec le passage, dès le mois prochain, à une cadence au quart d’heure.

Pour le voyageur néanmoins, le premier changement sera sans doute le confort. «Le plus bruyant, c’est la ventilation. On entend à peine le train avancer.» Fini aussi le froid polaire en hiver et la chaleur étouffante en été, promet la compagnie. Quant aux usagers à mobilité réduite, ils bénéficient d’une plate-forme adaptée, toilettes et accès – à hauteur de quai – compris.

Même les écrans sur lesquels s’affichent les informations aux voyageurs doivent pouvoir être lus par des malvoyants. «Tout est réglementé, jusqu’à la taille des caractères.» Dernier gros changement tout aussi visible: le retour de la première classe, un «choix stratégique qu’il fallait prendre maintenant».

Formation du personnel

Quant aux employés, ils ont eux aussi dû faire leur révolution. «Nous avons engagé des spécialistes en connectique et en informatique. Mais il nous faudra deux ans pour être pleinement opérationnels dans la maintenance de ces rames. D’ici là, nous pouvons compter sur la garantie du constructeur. Il faut du temps pour soigner la formation et maîtriser pleinement toutes ces nouveautés.»

Créé: 05.11.2015, 21h52

Dans un écrin décati

«On est contraint d’assurer la?maintenance de rames dernier cri dans une infrastructure de 1916 qui était déjà dépassée avec la précédente génération de trains.» Pascal Juillerat ne cache pas le casse-tête que représente le vieux dépôt des Plantaz. «Avec la cadence au quart d’heure, ce sera encore pire!»

Directeur des TPN (et donc du NStCM), Richard Zaugg abonde mais positivise, alors que le projet de nouveau dépôt au-dessus du terrain de Paléo est enrayé dans les limbes de la loi sur l’aménagement du territoire. «Tous les documents sont à Berne, nous avons le plein soutien du Canton, j’ai donc bon espoir qu’une solution soit trouvée au premier semestre 2016.» Objectif: disposer de la nouvelle infrastructure en 2019. D’ici là, les nouvelles rames auront déjà passé quelques tours de maintenance aux Plantaz. «Un défi de dingue!» conclut Pascal Juillerat.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.