Passer au contenu principal

Des Nyonnais lancent une web radio

«Reïdyo »n'est pas une plate-forme sur le coronavirus, mais un chaînon manquant dans l'information locale. Ses créateurs veulent créer du lien social.

Les cinq chroniqueurs de la Reïdyo nyonnaise sont prêts à relever le défi.
Les cinq chroniqueurs de la Reïdyo nyonnaise sont prêts à relever le défi.
LDD

L'idée de créer une radio locale à Nyon leur trottait dans la tête depuis une année. Avec un journal, une TV régionale et un quotidien vaudois, différents groupes sur les réseaux sociaux, la ville lémanique est pourtant bien couverte en informations. «Oui, il y a tout ça, mais pas de radio. Or c'est un outil qui permet de donner la parole aux gens qui l'ont moins, d'oeuvrer pour la cohésion sociale, bref, de créer du lien», explique Chloé Besse.

Conseillère communale socialiste, présidente de la Fête de la Musique, elle a ressorti ce projet des tiroirs il y a quelques mois avec deux autres acteurs culturels, Virginie Portier, de Visions du Réel et Alexandre Kaspar, l'un des fondateurs du groupe Hapax 21. Après de nombreuses séances, rejoints par deux autres personnes et deux techniciens, ils ont défini un concept et réalisé quatre émissions à blanc dans la cave à musiques actuelles La Parenthèse. Intitulée Reïdyo, blague phonétique «avec accent», cette web radio sera lancée dimanche 29 mars à 18h sur Facebook et les réseaux sociaux. Ses cinq chroniqueurs, confinés à la maison à cause du coronavirus, sont condamnés au direct via leur ordinateur et un technicien qui mettra tout ça en ligne et en podcast.

L'émission d'une durée de 60 minutes, qui sera diffusée pour l'instant une fois par semaine, sera animée par Alexandre Kaspar et comprendra à chaque fois des chroniques politique, culturelle, philosophique ainsi qu'une improvisation de Marlo Karlen, d'Improvizanyon.

«Chaque émission aura un thème général qui oblige les chroniqueurs à prendre de la hauteur, à sortir de ses marottes. La première est axée sur les couleurs», explique Chloé Besse qui parlera tout naturellement de celles des partis politiques. Cette radio web a-t-elle une chance de dépasser le niveau d'une radio faite entre potes qui s'amusent? C'est en tout cas l'ambition de la petite équipe, qui s'est entourée de professionnels pour lancer tout ça. On s'est rendu compte que c'est un métier, qu'il faut tout préparer, admet la militante qui espère ouvrir la Reïdyo à d'autres intervenants et l'étoffer petit à petit d'autres émissions. Pour lancer cette radio web indépendante, ses fondateurs ont renoncé à créer une association mais se sont greffés à Hapax 21, qui a puisé dans ses fonds pour acheter le matériel de base.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.