L’ombre d’une grève a plané sur la fête du Léman Express

Réseau ferroviaireL’inauguration s’est tenue jeudi sans qu’on ne sache si tout roulera ce dimanche.

Participant à l’inauguration du Léman Express, les officiels s’expriment au sujet de la possible grève qui pourrait perturber la mise en service, prévue le 15 décembre 2019. Vidéo: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un peu comme si un importun s’incrustait dans votre soirée d’anniversaire et que les autres invités faisaient mine d’ignorer l’intrus. Menace potentielle pour la mise en service intégrale du Léman Express ce 15 décembre, le spectre des conflits sociaux en cours en France a joué les trouble-fêtes lors de l’inauguration du réseau transfrontalier, célébrée ce jeudi. Si les orateurs qui se sont succédé au micro se sont bien gardés de l’évoquer (à peine le patron des CFF, Andreas Meyer, a-t-il glissé une allusion dans son discours), la perspective d’une grève était sur toutes les lèvres.

Alors que la mobilisation nationale contre la réforme des retraites entrait jeudi dans sa deuxième semaine, paralysant les transports, des revendications locales relatives à la cherté de la vie se sont fait jour chez les cheminots de France voisine. Selon le directeur de Lémanis, la filiale commune des CFF et de la SNCF qui doit orchestrer le réseau, «il n’y a pas de certitude, mais une forte probabilité» que la mise en service soit perturbée. Mario Werren promet des précisions samedi en fin de journée. «Ce projet est attendu depuis cent ans et construit pour cent ans, pas juste pour ce dimanche», tempère-t-il.

L’inauguration a consisté en deux cérémonies itinérantes, l’une partie de La Roche-sur-Foron en Haute-Savoie et l’autre de Coppet, qui se sont rejointes – en train forcément – dans la toute nouvelle gare des Eaux-Vives. La Compagnie de 1602 y était présente pour assurer l’accueil, sans toutefois qu’aucune marmite ne s’abatte sur les invités savoyards ni qu’aucune herse ne vienne obstruer leur chemin. En revanche, il se dit qu’un plan B avait été concocté au cas où le convoi français aurait vu sa route barrée par les protestataires, avec des transferts en bus vers Chêne-Bourg, où on aurait repris le train, faisant mine d’arriver de France. Mais rien de tel ne s’est produit, si ce n’est que la délégation a croisé des manifestants en gare d’Annemasse. Et si la grève a joué l’invitée surprise de la journée, d’autres convives ont fait faux bond, comme les plus hauts dirigeants de la SNCF ou encore la ministre française des Transports, Elisabeth Borne, dont tout le monde croit savoir qu’elle a renoncé à venir de peur d’être humiliée.

«Une grève ne détruira pas l’idée fascinante du Léman Express»

Simonetta Sommaruga, Conseillère fédérale

Répondant à la presse, les officiels se sont efforcés de minimiser l’impact d’une éventuelle grève lors du lancement du réseau. «Il y a une certaine inquiétude, je ne vais pas le cacher, mais nous avons déjà fait face à beaucoup de difficultés que nous avons su surmonter entre partenaires suisses et français», avance Martine Guibert, vice-présidente chargée des Transports de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. «Une grève ou un coup d’envoi qui ne se ferait pas à 100% ne vont pas détruire l’idée du Léman Express qui est si évidente, fascinante et magnifique», plaide la conseillère fédérale chargée des Transports et présidente élue de la Confédération, Simonetta Sommaruga. «On se serait bien passé d'une grève, mais cela ne sera pas durable, modère Serge Dal Busco, ministre genevois de la Mobilité. Ce qui nous intéresse, c’est ce qui se passera ces prochains mois!»

La pression est mise

Hors micro, les paroles se font plus incisives. Ainsi ce cadre des CFF impliqué dans la préparation du réseau qui avoue un certain découragement face à la perspective qu’une grogne syndicale vienne mettre à mal le projet. «Un sentiment en demi-teinte», avoue-t-il alors que les équipes ont œuvré sans relâche ces trois dernières semaines et que le réseau sera lancé sans avoir pu connaître de répétition générale, les deux essais grandeur nature prévus les samedis 23 et 30 novembre ayant été limités en raison de débrayages.

De source proche de l’Exécutif régional (autorité de tutelle du Léman Express du côté français), on indique qu’une pression maximale est exercée sur la SNCF afin que le litige local soit résolu à temps. L’opérateur n’a guère le luxe de déplaire aux autorités alors que la mise en concurrence va devenir la règle en France pour le transport ferroviaire régional. Un péril résiduel viendrait de commandos syndicaux accourus d’ailleurs. Enfin, on mise aussi sur l’engouement des troupes qui prennent part à ce qui est décrit comme le plus grand réseau transfrontalier d’Europe. Et Mario Werren d’assurer: «Du côté suisse comme du côté français, je ne connais que des cheminots engagés et motivés pour ce Léman Express.»

Créé: 12.12.2019, 20h24

«On a eu trois fois moins d’accidents que la moyenne»

Dans la foule des officiels et des invités, on les reconnaissait à leurs écharpes d’un vert pétant. Pour l’équipe qui a bâti la liaison CEVA (Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse), l’inauguration du Léman Express marquait un épilogue, à J-1 de la fin de ce chantier entamé en 2011. Le chef de cette équipe, Antoine Da Trindade, a même embarqué dans l’aventure bien plus tôt, il y a quatorze ans, menant à bien
la préparation des travaux.

Lui qui n’avait auparavant jamais œuvré dans le ferroviaire n’a-t-il pas connu des moments où il s’est demandé ce qu’il était venu faire dans cette galère? «Oui, beaucoup», admet-il. Et de citer les quelques
1700 oppositions lancées contre le projet en amont du chantier. «Je croyais au projet et je me suis demandé s'il avait été présenté de la même manière aux gens. La phase avant les travaux a été parfois longue.»

L’accident grave de décembre 2014 dans le tunnel de Champel a été un autre coup dur. «On se sent responsable et indirectement on l’est. Heureusement, l’ouvrier n’a pas eu de séquelles et a pu reprendre ses activités normales. J’ai fait arrêter les travaux immédiatement. Cela retardait potentiellement la mise en service (ndlr: le délai sera ultérieurement repoussé de deux ans). Quand on vous met la pression pour reprendre le chantier mais que vous refusez car tout n’est pas encore clarifié, il y a des moments de solitude.»

Les huit années de ce chantier ardu n’auront pas connu d’accident létal. Coup de chance ou vigilance particulière? «On ne peut pas tout maîtriser, mais l’objectif était de réduire au maximum la part laissée à la chance ou à la malchance. Nous avons créé une structure dédiée seulement à la sécurité. Sur les ouvrages importants, le chargé de sécurité n’était pas chargé de travaux, de façon à éviter tout conflit d’intérêts. Cela a eu un coût, mais cela a porté ses fruits. Le chantier a représenté entre 4,8 et 5 millions d’heures travaillées et sur ce total on a eu trois fois moins d’accidents que la moyenne suisse.»

Le budget, tel qu’établi en amont du chantier, a été tenu. Au prix de sacrifices? «Non. Il tenait à coeur des maîtres d’ouvrage, qui ont eu le courage de réclamer des crédits supplémentaires avant le chantier plutôt qu’après, de respecter le budget, et l’architecte de renom qui a signé les gares (ndlr: Jean Nouvel) avait pour mission d’exercer son art dans ce cadre. Les modifications apportées aux gares l’ont été par lui.»

Antoine Da Trindade continue de travailler pour les CFF, dirigeant les projets complexes romands depuis juin 2018. «Des projets intéressants avec des gens passionnés et des défis, j’en redemande!»

Articles en relation

Il va piloter le premier Léman Express

Inauguration Jean-Daniel Marmillod, doyen des mécaniciens du dépôt CFF, conduira l’un des deux convois inauguraux ce jeudi. Plus...

Au cœur du dispositif d’exploitation du Léman Express

Reportage La future ligne est totalement gérée à distance, depuis Lausanne. Visite à quelques jours de son ouverture. Plus...

Léman Express: le point de vue d'Olivier Français

Transports Ayant piloté le projet lausannois du M2, le politicien PLR suit de près l’arrivée du Léman Express, à un mois de sa mise en service intégrale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...