L'Ouest morgien souhaite mieux valoriser ses atouts

Tourisme Les communes de Saint-Prex et Aubonne se sont rencontrées début décembre afin de repenser l'attrait touristique de la région.

L'Arboretum du Vallon de l'Aubonne rassemble près de 3 000 espèces et variétés d'arbres et d'arbustes. Et même si le site accueille près de 80 000 visiteurs par année, il reste encore trop méconnu.

L'Arboretum du Vallon de l'Aubonne rassemble près de 3 000 espèces et variétés d'arbres et d'arbustes. Et même si le site accueille près de 80 000 visiteurs par année, il reste encore trop méconnu. Image: Chris Blaser

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le cadre de la réorganisation du tourisme dans le district de Morges, l'ouest de la région est aussi appelé à renforcer son attractivité. C'est d'ailleurs dans ce but que les syndics de Saint-Prex et d'Aubonne, les responsables de l'Arboretum et du Signal-de-Bougy et le directeur de l'Association de la Région Cossonay-Aubonne-Morges se sont rencontrés début décembre. «Nous ne sommes pas assez attractifs par rapport aux atouts dont nous disposons», souligne Luc-Etienne Rossier, syndic d'Aubonne.

Cette partie du district possède pourtant de nombreux atouts avec ses produits du terroir, ses quelques manifestations locales, les bourgs médiévaux de Saint-Prex et Aubonne, ainsi que St Prex Classics, le Signal-de-Bougy et l'Arboretum. Mais comme le donne pour exemple Yves-Etienne Kahn, président de l'Office du tourisme de Morges: «L'Arboretum, il faut le chercher pour le trouver.»

La région doit également repenser ses structures d'accueil. Aujourd'hui les lieux d'hébergements se font rares et sont principalement centralisés à Morges. «Par définition dans la région 70-80% du tourisme est un tourisme d'affaire», rappelle Ermanno Castelli, directeur de Morges tourisme région.

Reste donc à trouver une nouvelle dynamique. Plusieurs idées sont évoquées, comme la possibilité d'avoir un point d'information mobile qui pourrait se déplacer jusqu'au pied du Jura au gré des manifestations. «Nous sommes à l'amont des réflexions. Mais il y a des cartes à jouer. Nous devons raisonner en terme de région et non pour son propre village», conclut Daniel Mosini, syndic de Saint-Prex.

Créé: 02.01.2013, 12h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.