Ouverte au XVIIe siècle, la Croix-Blanche de Gingins sera rénovée

PatrimoineAcheté par la Commune en 1685, l’établissement sera en travaux durant 18 mois. Il gardera sa vocation d'hôtel-restaurant.

L'Auberge de la Croix-Blanche subira d'importants travaux. Si l'enveloppe du bâtiment sera conservée, l'intérieur sera remis au goût du jour.

L'Auberge de la Croix-Blanche subira d'importants travaux. Si l'enveloppe du bâtiment sera conservée, l'intérieur sera remis au goût du jour. Image: Ebinger

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À coup sûr, c’est un des plus vieux établissements du pays. L’Auberge de la Croix-Blanche, à Gingins, est exploitée depuis plus de trois siècles. Et l’hôtel-restaurant le restera encore plusieurs années.

Le projet de rénovation a été plébiscité mercredi soir par les conseillers communaux, qui ont octroyé à cette fin 4,5 millions de francs sans débat. Il leur était impensable de renoncer à ce patrimoine, dans les mains de la Commune depuis 1685.

L’histoire raconte que la première autorisation d’exploiter remonte même à 1674. Le gouverneur de Bonmont avait insisté pour l’ouverture d’un tel logis afin d’accueillir les nombreux voyageurs qui traversaient la région à pied ou à cheval. La grosse maison dont avait hérité un ecclésiastique de Longirod s’était imposée comme un choix judicieux pour l’ouverture d’un relais.

Quelques années plus tard, les coûts de l’héritage avaient fini par plomber les finances de l’homme d’Église et de sa famille, qui ont été obligés de vendre la demeure. Une opportunité que n’a pas laissé échapper la Commune de Gingins, qui mettait alors la main sur son premier bien.

Aujourd’hui, l’établissement a conservé sa vocation d’hôtel et de restaurant, même si les équipements ne sont plus aux normes. C’est pourquoi la Commune entend restaurer ce lieu qui anime le village. Le départ du couple Chambaz, qui a pris sa retraite fin septembre après un bail de plus de 30 ans, constitue une opportunité d’entreprendre les travaux. Ceux-ci dureront 18 mois.

Heureusement pour les habitants de Gingins, un autre restaurant existe dans le village. Et comme l’Auberge de la Poste appartient aussi à la Commune depuis 1981, les autorités ont convenu avec le patron qu’elle restera ouverte sept jours sur sept pendant les travaux. (24 heures)

Créé: 11.10.2018, 17h44

Articles en relation

L’échec de la fusion plane sur l’extension du stade de Gingins

Equipement sportif Pour financer le projet, la Commune a besoin de l’aide de ses voisines avec qui elle a refusé de se marier Plus...

Le marché de Nyon perd ses maraîchers préférés

Gingins Depuis 1949, la famille Weber est présente le samedi à Nyon. Faute de relève, le patriarche cesse son activité maraîchère. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.