Passer au contenu principal

Paléo met le paquet pour ses 2% de billets invendus

Pour la première depuis plus de dix ans, le festival n’aura pas vendu l’entier de ses billets à son ouverture.

Même si Paléo ne vend pas tous ses billets, le public ne verra pas grande différence sur le terrain où près de 50'000 spectateurs et bénévoles se côtoient tous les soirs.
Même si Paléo ne vend pas tous ses billets, le public ne verra pas grande différence sur le terrain où près de 50'000 spectateurs et bénévoles se côtoient tous les soirs.
Anne Bichsel/Archives

«Ça ne m’empêche pas de dormir.» Il en faut plus que cela pour troubler la sérénité du boss du Paléo. Daniel Rossellat ouvrira mardi la 44e édition du festival nyonnais sans avoir vendu tous les billets. Vendredi après-midi, il en restait 2000 pour le samedi et 2800 pour le dimanche. Soit près de 2% des tickets totaux.

D’ici au week-end prochain, le solde devrait toutefois trouver preneur. «Nous sentons que la demande repart à quelques jours de l’ouverture, explique Michèle Müller, porte-parole de la manifestation. Nous devrions être complets le samedi et nous sommes sur la bonne voie pour le dimanche.» Dans tous les cas, il n’y aura pas de guichets où acheter des billets à l’entrée du site de l’Asse.

La vente sur internet sera privilégiée. Tous les matins les jours de festival, Paléo en libère déjà 1500 pour diminuer la pression du marché noir.

Depuis quelques semaines, le festival a mis l’accent sur la promotion de sa semaine de concerts. «Nous avons fait à nouveau le métier de base de tout festival», reconnaît Daniel Rossellat. Des spots TV et une campagne d’affichage ont permis de communiquer sur la grande nouveauté de l’année: il reste des billets.

Il faut reconnaître que les 2% de tickets en rade représentent une belle somme que le festival n’entend pas laisser filer si facilement. À 85 francs pièce, à quoi il faut ajouter la dépense moyenne d’un festivalier (35 fr. par soirée), une somme de quelque 580'000 fr. est en jeu. Si les raisons de la baisse de la pression sur la billetterie sont connues (nombre de billets records sur le marché avec la Fête des Vignerons et le Cirque du Soleil, entre autres), Paléo entend mener une réflexion approfondie sur la question. «Nous savions que le succès n’est pas fidèle et nous allons nous remettre en question comme chaque année.»

Dès l’an prochain, le festival proposera un concept inédit autour d’une scène electro, qui sera présenté en temps voulu. Un plus qui permettra au festival de se renouveler. Paléo promet toutefois de ne pas revenir sur le nombre de billets vendus. Il y en aura toujours 38'000 par jour.

L’idée d’en mettre plus sur le marché pour les soirées à succès pour compenser celles moins populaires n’est pas à l’ordre du jour. «Nous tenons à conserver la qualité d’accueil du public», insiste Daniel Rossellat en guise de conclusion.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.