À Pampigny, le magasin du village passe la cinquième vitesse

Pied du JuraÀ l’heure où certains commerces de campagne connaissent des difficultés, en voici un qui se porte très bien. Et qui se réinvente.

François Pittet remettra les clés du magasin à sa belle-fille, Marion Angiolini.

François Pittet remettra les clés du magasin à sa belle-fille, Marion Angiolini. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une matinée de semaine comme une autre pour le Denner Satellit Pittet. Le petit magasin situé en plein cœur de Pampigny voit défiler les habitants du coin qui passent acheter leurs quelques produits, échangeant volontiers un ou deux mots au passage. Le flux n’est pas celui des grandes surfaces citadines, mais il est tout de même continu.

Un phénomène qui ne date pas d’hier, puisque le commerce a vu le jour en 1936 et n’a plus fermé depuis. Aujourd’hui, c’est Marion Angiolini, belle-fille du propriétaire des lieux et ancien syndic, François Pittet, qui est en passe de reprendre l’affaire avec son compagnon, Benjamin Pittet. «Après plus de trente-cinq ans d’activité, je commençais à envisager la retraite, raconte la figure bien connue du village. Après des discussions qui n’ont pas abouti avec de potentiels repreneurs, Marion et Benjamin se sont manifestés, pour mon plus grand plaisir. Ça a toujours été un commerce familial, et je suis très content que ça le reste.»

C’est en effet la cinquième génération qui s’apprête à tenir les rênes du commerce. Une belle longévité qui s’explique par sa fidèle clientèle, dopée ces dernières années par l’ouverture dominicale, dès 2011. Différentes transformations successives y ont également vu le jour, agrandissant l’espace de vente, le stockage et voyant une seconde caisse agrémenter le magasin. De tels aménagements n’auraient pas pu se faire sans les avantages offerts par la franchise.

«Beaucoup de gens prennent du plaisir à discuter avec les vendeuses»

François Pittet et Marion Angiolini, gérants de Denner

La famille Pittet bénéficie ainsi de produits à des tarifs très intéressants, qui lui permettent de rester concurrentielle. Elle conserve aussi pour l’heure une certaine marge de manœuvre dans la gestion de son stock. «Denner a passablement étendu sa gamme ces dernières années, s’adaptant à la demande des clients, notamment au niveau du bio et de la proximité des fournisseurs. Aujourd’hui, on nous autorise à proposer des produits locaux, comme la viande et le pain, que nous prenons chez les bouchers et les boulangers du coin. On espère que ça durera, car c’est ce qu’aiment les gens!» observe Marion Angiolini.

Pour le plus grand plaisir des habitants de Pampigny et des villages environnants. «On a une clientèle incroyable, les gens sont très gentils avec nous et même reconnaissants qu’on soit là. Beaucoup se retrouvent au magasin et se plaisent à discuter avec les vendeuses. C’est vrai qu’on a davantage de temps que dans les grandes surfaces en ville. Et puis c’est une autre mentalité. Plus familiale», analysent Marion Angiolini et François Pittet. Une conclusion à la résonance toute symbolique dans cette échoppe où se succèdent les générations.

Créé: 23.02.2020, 16h01

Self-service ouvert 24h/24

Depuis quelques semaines, l’ancienne poste, située de l’autre côté de la route — qui a récemment fermé dans le village —, est devenue le théâtre d’un réaménagement un peu particulier.

«On en a fait un self-service, qui contiendra tous les aliments de base et produits de première nécessité, déclare Marion Angiolini, qui explique le système. On s’inscrit sur notre site internet ou dans notre magasin. Un code unique est attribué à chaque client, qui peut entrer dans le local à toute heure, faire ses achats en les scannant et repartir en payant par carte.»

Si l’innovant local n’ouvrira que courant mars, la gérante se réjouit déjà des commentaires unanimement positifs quant à son initiative.

Articles en relation

«Si je suis là, c’est bien que les mentalités changent»

Pampigny À 24 ans, Charlotte Fighera est la première femme à occuper un poste clé au sein des pompiers morgiens. Plus...

Ils se mobilisent pour sauver leur gare

Pampigny La Municipalité rejette le projet de transformation de la place alors qu’une pétition veut sauver le bâtiment condamné. Plus...

Pampigny casse sa tirelire pour un domaine agricole

Urbanisme La Commune va acquérir trois parcelles en plein centre du village, sans projet précis pour autant. Plus...

L’Auberge du Chêne, lieu de retrouvailles

L'Esprit des lieux Le seul bistrot de Pampigny offre une cuisine familiale dans un endroit idyllique. Plus...

Pampigny va se chauffer au bois de ses forêts

Energie La commune crée un réseau de chauffage à distance alimenté par ses ressources forestières. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.