«Le Parc tente d’atténuer le changement climatique»

NatureLa cheffe du Parc Jura vaudois, Nathalie Rizzotti, souhaite plus que jamais créer du lien avec la population.

À part le vice-directeur Romain Suchet, l’équipe du parc ne compte que des femmes. La directrice Nathalie Rizzotti (pull rouge) est en 2e position depuis la droite

À part le vice-directeur Romain Suchet, l’équipe du parc ne compte que des femmes. La directrice Nathalie Rizzotti (pull rouge) est en 2e position depuis la droite Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Arrivée à Saint-George en mai 2018, Nathalie Rizzotti, directrice du Parc naturel régional Jura vaudois (PJV), a entamé son mandat sur les chapeaux de roue. Son plan de gestion 2020-2024, avalisé par l’assemblée générale de l’association, puis par le Canton de Vaud, et enfin par l’Office fédéral de l’environnement, a obtenu la validation d’un financement de 4,125 millions de la part de la Confédération. La somme correspond à 50% de son budget sur cinq ans. Cet argent permettra de développer dix projets cadres articulés autour de deux thèmes transversaux, la forêt et le changement climatique. Les habitants sont aussi invités à s’impliquer dans la vie du parc à plusieurs niveaux.

À part le vice-directeur Romain Suchet, toute l’équipe est féminine. Une volonté de la directrice?
Pas du tout. J’ai sélectionné les meilleurs profils. Mais cela compense la présence exclusivement masculine au comité de l’association du parc, et le fait qu’on ne trouve que six femmes à la direction des 18 parcs régionaux de Suisse.

L’été dernier, l’inspecteur cantonal des forêts a tiré la sonnette d’alarme. Que fait le parc pour la santé de son immense forêt?
Ce sont les forestiers qui s’en chargent. Mais pour mener des actions efficaces pour la forêt, il faut aussi se préoccuper de la gestion de l’eau, des biotopes, des questions économiques et du respect des promeneurs envers la nature… Il faut arrêter de travailler chacun dans son domaine. Le rôle du parc est de concilier les intérêts de tous, des besoins de production comme de la biodiversité. Dans cette perspective, nous avons par exemple le projet de créer une plateforme de dialogue dédiée au patrimoine naturel et paysager, avec un accent sur le pâturage boisé.

Le changement climatique est un thème transversal du programme 2020-2024. C’est-à-dire?
Cette préoccupation majeure sera présente en filigrane dans toutes nos actions. La pénurie d’eau, le dépérissement de certaines essences, la flambée du bostryche sont des effets réels du changement climatique. Le rôle du parc n’est pas d’amener des solutions à ces problèmes spécifiques, mais il s’efforce d’atténuer le phénomène à travers ses projets, par exemple en valorisant les circuits courts et une alimentation de proximité et durable.

L’an dernier, le parc a planté 1000 arbustes et 70 fruitiers chez des privés. Dans quel but?
Cette action fait partie du projet Toile verte, qui fonctionne très bien. Pour renforcer les connexions entre les milieux naturels, nous soutenons la plantation d’arbustes et de haies indigènes ainsi que de vergers haute-tige, qui sont des biotopes à grandes valeurs écologiques. En plus, cela crée du lien avec la population, qui est invitée à s’approprier la démarche, notamment en suivant des cours de taille. Dans le futur, on aimerait avoir une vision plus stratégique du territoire en identifiant, avec les Communes, quel sont les espaces qui ont besoin de ces connexions.

Il y a eu de gros efforts pour la promotion du parc auprès du public. Avez-vous constaté une hausse de la fréquentation touristique?
Est-ce qu’un Lausannois qui vient se promener dans le parc est considéré comme un touriste? Nous avons plutôt comme objectif d’attirer toutes sortes de visiteurs, et d’abord les habitants du parc et les gens de la région, qui doivent se sentir ici chez eux. Nous avons constaté une hausse sensible du nombre d’excursionnistes. Nous voulons surtout un tourisme respectueux de la nature, des promeneurs qui se rendent dans les points de vente locaux pour y goûter les produits du terroir.

Créé: 29.01.2020, 08h29

Première vitrine publique du parc inaugurée cet été

Parmi les nombreux projets qui démarrent cette année dans le cadre du plan de gestion 2020-2024 du Parc Jura vaudois, Nathalie Rizzotti a pointé quatre actions:

Labellisation des produits «Le parc a la volonté d’accompagner beaucoup plus les producteurs en valorisant leurs produits. On aimerait élargir la labellisation «produits des parcs suisses» à toutes les gammes de l’alimentation.»

Services partenaires «Nous souhaitons mieux valoriser les services rendus par les partenaires du parc (restaurateur, épicier, guide, paysagiste, producteur…). Pour cela, nous allons élaborer, en collaboration avec les autres parcs suisses, une liste de valeurs et de critères de durabilité sur la base desquels nous pourrons engager une démarche avec eux.»

Efficience énergétique «Dans le cadre de différentes actions que nous aimerions réaliser pour améliorer l’efficience énergétique, nous allons travailler avec les Communes sur la diminution de l’éclairage nocturne, comme cela a été fait à Le Vaud.»

Espace découverte
«Attendu depuis plusieurs années, l’Espace découverte du parc sera inauguré cet été au col du Marchairuz. Cet espace comprendra la première vitrine publique du Parc Jura vaudois, avec un espace d’accueil et d’information aménagé dans le bâtiment de l’hôtel, ainsi que deux sentiers didactiques.»

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.