Patrice Lude repart à l’assaut de la Normandie

HistoireLe dépanneur de Nyon participera activement au 75e anniversaire du Débarquement de Normandie.

Patrice Lude veut réduire ses activités de parachutiste pour profiter de défiler aussi avec son Harley-Davidson lors des commémorations.

Patrice Lude veut réduire ses activités de parachutiste pour profiter de défiler aussi avec son Harley-Davidson lors des commémorations. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Patrice Lude admet être un peu nostalgique. Le dépanneur de Nyon aime par-dessus tout se replonger dans l’époque glorieuse de l’Amérique étincelante qui libère l’Europe du nazisme. Il sera donc à nouveau en Normandie au mois de juin pour commémorer le Débarquement. Mieux, comme il le fait depuis une dizaine d’années, il sautera notamment avec des descendants de vétérans du D-Day, au sein d’un groupe de parachutistes américains, le Liberty Jump Team. Le graal pour ce petit-fils de résistant des Forces françaises de l’intérieur (FFI) dans les Vosges.

Le quadragénaire embarquera dans un Dakota d’époque pour trois sauts qui auront toutefois une saveur particulière cette année. «Je suis arrivé au bout de ce que je peux faire, admet le Nyonnais. Je vais lever le pied concernant les sauts.» Chef d’entreprise, il peine aujourd’hui à faire cohabiter sa passion avec son travail. Même s’il a gardé un physique irréprochable, Patrice Lude veut aussi se mettre à l’abri des blessures. «Quand on touche le sol, on arrive à la vitesse de quelqu’un qui aurait sauté d’une hauteur de trois étages, assure Patrice Lude. Chaque année, il y a des blessés.»

Une passion prenante

Les investissements en temps et en argent sont aussi importants puisque les responsables du Liberty Jump Team veulent que ses membres s’entraînent aux États-Unis. Le Nyonnais revient ainsi de quinze jours au Texas et en Géorgie où il a suivi un cours de remise à niveau nécessaire avant les sauts du mois de juin. Il a aussi passé plusieurs jours sur la base de Fort Benning en Géorgie, où vivent 120 000 résidents, qu’ils soient militaires actifs ou retraités, ainsi que des civils. Ce haut lieu de l’armée américaine forme les parachutistes de l’infanterie. «J’ai eu la chance de participer à un gala avec des vétérans du Vietnam et le général 2 étoiles de la base, raconte fièrement Patrice Lude. Pour le collectionneur que je suis, c’était simplement incroyable de se retrouver sur cette base qui a vu passer des milliers de soldats de la Seconde Guerre mondiale.»

Aux États-Unis ou en Europe, Patrice Lude possède un large réseau de connaissances qui partagent avec lui sa passion pour ce conflit. Un réseau qui lui a permis d’intégrer la Liberty Jump Team, forte de plus de 100 parachutistes dont il est le seul Suisse et un des très rares Européens. Il est aussi un ami intime du maire d’Angoville, chez qui il habitera lors de son séjour en Normandie. L’homme politique a acheté un champ où les parachutistes peuvent atterrir, alors que les agriculteurs tolèrent de moins en moins cette activité, même pour des reconstitutions.

Si Patrice Lude entend réduire, voire peut-être abandonner le parachutisme, il ne lâchera pas les commémorations. Il veut désormais profiter du temps qu’il ne passera pas à plier sa toile pour rencontrer ses amis et collectionneurs dans les répliques de camps montés sur la côte normande. Il y retrouvera aussi l’association Military Vehicle Conservation Group La Côte, forte de 120 membres, dont il est un des maillons les plus actifs. Sur sa bécane d’époque, il participera encore à un défilé de plus de 1000 Harley-Davidson.

Collection familiale

Son père, qui l’a emmené dans ses premières commémorations quand il était enfant, sera lui aussi en Normandie. Les deux seront attentifs comme toujours pour augmenter leur collection d’objets en tout genre en lien avec le D-Day. Car la famille a un patrimoine riche de véritables trésors historiques, dont une voiture amphibie. Depuis des décennies, des centaines d’objets – uniformes, armes, paquets de cigarettes, brassards, masques à gaz… – ont été rassemblés.

«Lors d’une commémoration, quelqu’un m’a dit qu’avec nos uniformes, nous étions une page de l’histoire», déclare Patrice Lude dans un grand sourire, qui laisse poindre une émotion traduisant sa fierté. «Notre objectif est de perpétuer l’histoire pour que les jeunes n’oublient pas cette période. Et aussi de rendre hommage aux soldats du Débarquement.»

(24 heures)

Créé: 19.05.2019, 08h13

Articles en relation

Michel Lude est la mémoire des accidents de l'autoroute A1

Histoire Le Nyonnais avait la seule société de dépannage et la seule entreprise d'ambulances quand l'autoroute entre Genève et Lausanne a été ouverte en 1964. Plus...

Un musée de la Seconde Guerre mondiale se cache à Nyon

La Côte Dans les locaux de Champ-Colin qui abritent l'entreprise familiale de dépannage, Michel et son fils Patrice Lude ont une collection d'objets en lien avec la guerre de 39-45. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.