Passer au contenu principal

Un père de famille adultère accusé de viol risque le renvoi

Un homme d’origine portugaise aurait fait subir l’enfer à une femme rencontrée à la sortie d’un club à Nyon.

Le Tribunal d'arrondissement de La Côte doit faire toute la lumière sur une affaire de viol.
Le Tribunal d'arrondissement de La Côte doit faire toute la lumière sur une affaire de viol.
Alain Rouèche-Archives

Pour un voisin, il s’agissait d’un bruit sinistre, d’un gémissement de douleur. Pour le trentenaire qui comparaissait lundi devant le Tribunal pénal de La Côte, à Nyon, il n’y a eu que des cris de plaisir. La plaignante, qui l’accuse de viol, estime avoir dit «stop» à son agresseur en des mots fermes, alors que celui-ci a entendu des encouragements. La Cour doit trancher entre deux versions diamétralement opposées et parsemées de part et d’autre de contradictions. Au terme de la journée d’audience, la défense plaidait pour l’acquittement et la libération du trentenaire, alors que le Ministère public requérait une peine de 5 ans de détention et une expulsion du pays.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.