En perte de vitesse, le PS ne peut éviter le ballottage

MorgesAucun des treize candidats n’a passé au premier tour. Même le syndic n’a pas été réélu.

Laurent Beauverd (à dr.), président du Conseil communal, proclame les résultats devant l’Hôtel de Ville.

Laurent Beauverd (à dr.), président du Conseil communal, proclame les résultats devant l’Hôtel de Ville. Image: Christian Brun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si l’élection à la Municipalité était claire, nette et limpide en 2006 et en 2011, avec une victoire écrasante de la gauche, elle l’est beaucoup moins pour la législature à venir. Dimanche, les treize candidats en lice pour le premier tour se sont tous heurtés au même mur: le ballottage général. Avec la grosse surprise pour le syndic socialiste sortant, Vincent Jaques, qui n’a pas réussi à passer cet obstacle là où ses prédécesseurs ont excellé. Sur le parvis de l’Hôtel de Ville, les socialistes tentaient de garder la tête haute, tandis que le PLR voyait enfin l’amorce d’un rééquilibrage pointer à l’horizon.

Dans cette incertitude électorale, les Morgiens ont tout de même placé Vincent Jaques (47,64%) en tête, suivi par son collègue et colistier Eric Züger (43,45%). En troisième position, on retrouve le PLR sortant Jean-Jacques Aubert (38,81%), qui devance les socialistes Anne-Catherine Aubert (37,94%) et Philippe Deriaz (37,50%).

L’écart se creuse ensuite avec les autres candidats. Les PLR Mélanie Wyss-Pittet (32,97%) et Baptiste Müller (32,51%) réalisent tout de même un meilleur score que les municipaux sortants: la Verte Sylvie Podio (24,23%) au coude-à-coude avec l’Indépendant Daniel Buache (24,17%), séparés par trois petites voix seulement.

Enfin, quatre candidats se retrouvent en dessous de la barre des 20%. En dixième position, on retrouve le candidat de l’Entente morgienne Philippe Laurent (16,13%). L’UDC est en queue de peloton avec ses trois candidats Jean-Pierre Morisetti (14,62%), Lucie Rochat (12,43%) et Patricia da Rocha (10,7%).

«Scénario prévisible»

Dimanche, les joues rougies par le froid, le syndic Vincent Jaques se disait «satisfait de voir la liste de gauche se retrouver en tête. Avec le nombre de candidats au premier tour, le scénario du ballottage général était prévisible.» Interrogé sur ses propres performances électorales, le chef de l’Exécutif était moins loquace: «A titre personnel, on aimerait toujours être élu au premier tour», lance-t-il, tout en évoquant du bout des lèvres des «sentiments partagés» à la lecture des résultats.

Devant l’administration communale, beaucoup étaient surpris par le score obtenu par le chef de l’Exécutif. «Les socialistes ont perdu leurs locomotives Nuria Gorrite et Eric Voruz, analyse Pierre Marc Burnand, vice-président du PLR Morges. Le PS est clairement en perte de vitesse.» Et Eric Décosterd, président de l’Entente morgienne, d’abonder dans ce sens: «C’est extrêmement rare qu’un syndic ne passe pas au premier tour à Morges.» Pour mémoire, en 2011, les quatre candidats socialistes et la Verte Sylvie Podio, emmenés par l’ancienne syndique, avaient été élus haut la main, ne laissant que les miettes à la droite.

Les alliés d’autrefois sont partis séparés dans cette campagne, ce qui a clairement joué en la défaveur de Sylvie Podio. «Comme c’est le cas à Lausanne, on voit qu’on ressort gagnant quand il y a une alliance à gauche, réagit-elle. J’aurais sans doute réalisé un meilleur score en me retrouvant sur la même liste que les socialistes.»

Début de rééquilibrage

Cette désunion à gauche a sans doute fait le beurre de la droite. La présidente du PLR, Dominique-Anne Kirchhofer, constate une tendance au rééquilibrage au sein de la Municipalité. «Nous sommes plus près des socialistes qu’il y a cinq ans. Et nous avons réussi à placer nos trois candidats dans les sept premiers, ce qui est encourageant.»

Pas de quoi réjouir Philippe Laurent, qui ne cache pas non plus sa déception sur son propre score. «On se dirige vers un schéma très polarisé avec quatre socialistes et trois PLR. Le centre aurait pu apporter un meilleur équilibre.»

Au Conseil communal, la droite réussit aussi un tour de force, devenant majoritaire, alors que les voix étaient jusqu’alors réparties à 50/50. Le groupe socialiste et indépendant compte 33 sièges, les Verts 14, le PLR 32, l’UDC 11 et l’Entente morgienne et les Vert’libéraux 10.

Côté stratégie, les partis dévoileront leurs cartes mardi pour le second tour à la Municipalité. (24 heures)

Créé: 28.02.2016, 23h16

Commentaire

Lauriane Barraud - Journaliste

Le PS perd des plumes

La gauche morgienne nous avait habitués à de véritables raz-de-marée électoraux, terrassant tous ceux qui se mettaient en travers de son chemin. Aujourd’hui, force est de constater que le parti à la rose a perdu des plumes dans la bataille, même si ses quatre candidats se retrouvent parmi les cinq premiers.

La formule magique qui voyait les quatre candidats PS passer au premier tour n’a pas fonctionné, hier. On entre dans une nouvelle ère, même si la gauche devrait – sauf un renversement inattendu – rester majoritaire à la Municipalité. Certes, s’asseoir dans le fauteuil de syndic après l’emblématique Nuria Gorrite n’était pas chose aisée. Mais, contrairement à sa prédécesseure, Vincent Jaques n’a pas réussi à rassembler au-delà de son parti. Ce qui joue aujourd’hui clairement des tours au PS.

La droite a reçu le message cinq sur cinq et n’a pas manqué de s’enfiler dans la brèche ouverte il y a quatre ans, après le départ de l’ancienne syndique. Désormais, il est clair qu’elle continuera à appuyer là où cela fait mal.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.