Ils se font piquer deux caravanes en deux mois!

Saint-PrexDes malfrats ont volé les modèles d’occasion d’une famille à deux reprises. La police parle d’un acte isolé.

La famille Mamin devant une des caravanes volées.

La famille Mamin devant une des caravanes volées. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Thierry Mamin en a gros sur la patate. Alors qu’il rêvait de passer cet été caniculaire à bord de sa petite caravane achetée en début d’année et retapée tout le printemps, celle-ci – garée dans un parking communal de Saint-Prex – a été volée juste entre l’Ascension et Pentecôte, après un premier galop d’essai concluant dans la Drôme.

«Les cambrioleurs n’ont pris que la mienne, alors qu’il y avait d’autres camping-cars stationnés. Les caméras de surveillance ont filmé la scène, mais elles ne permettent pas de reconnaître les malfrats», regrette ce citoyen très impliqué dans les sociétés de son village.

Ni une ni deux, Thierry Mamin attend le versement de l’assurance, qui arrive trente jours plus tard, et remet l’ouvrage sur le métier en achetant, pour quelques milliers de francs sur le marché de l’occasion, la copie conforme de sa première caravane.

Seulement voilà, le soir du 1er Août, les voleurs ont remis ça, dérobant de nouveau son rêve de vacances. «J’avais pourtant renforcé les antivols, mais ils ont tout fait sauter. De plus, ils savent parfaitement jouer avec les angles morts des caméras pour éviter qu’on puisse voir un visage ou un numéro de plaque. C’est vraiment étonnant, car on parle d’un modèle d’entrée de gamme, qui plus est d’occasion et qui date de 2002, sans rien qui brille. En outre, nous ne sommes que trois en famille, donc c’est petit. On ne peut pas faire fortune avec ça, mais il doit y avoir un marché.»

Contactée, la police cantonale n’a pas eu vent d’autres vols de ce type dans le canton. Elle parle d’un acte isolé, ce qui ne manque pas d’épaissir le mystère autour de ce double vol.

Pas davantage d’écho auprès d’une grande assurance qui, si elle évoque de nombreux sinistres (collisions) en juillet et août, ne recense qu’une dizaine de vols signalés chaque année, mais essentiellement pour des camping-cars plutôt luxueux. Ces derniers ne sont pas forcément évidents à revendre, d’autant qu’ils sont généralement équipés d’une balise pour les localiser rapidement, ce qui n’était pas le cas des caravanes de Thierry Mamin. «Du coup, on se retrouve dans un mobile-home dans le sud de la France, au cœur d’un camping», sourit presque le Saint-Preyard, qui se demande maintenant s’il faut «replonger».

«Ce qui est sûr, c’est que je ne vais pas me précipiter. Même si je pense que je vais finir par craquer. Alors que nous n’avons jamais fait de camping, nous avons découvert ce loisir ce printemps, avec mon épouse et ma fille, et l’avons vraiment trouvé génial. Renoncer, ce serait aussi donner raison à ceux dont le métier est de détruire les rêves des gens comme nous, qui économisons longtemps pour nous les offrir. Mais une chose est sûre, le parking communal est «grillé» et je vais devoir en trouver un autre!»

(24 heures)

Créé: 09.08.2018, 18h41

Articles en relation

Les cyclistes se la coulent verte le long des voies CFF

Lausanne La tranchée du Languedoc a été inaugurée ce mercredi. Elle fait partie de la future Voie verte entre Lutry et Saint-Prex. Plus...

33 millions pour garder les Saint-preyards chez eux

Saint-Prex En 2012, la commune a acquis 122 logements. Ils ont été rénovés pour 5 millions. Plus...

Une piscine couverte de plus à La Côte

Saint-Prex Mercredi 2 mai, le Conseil communal a plébiscité le projet d'infrastructure aquatique au Cherrat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.