Des pistes chères au cœur et au porte-monnaie des Saint-Cerguois

TourismeMalgré tout ce qui plaide en leur défaveur, les élus ont montré leur attachement aux pistes de ski de la station.

L'Ecole de ski accueille de nombreux enfants sur les pistes de Saint-Cergue. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Pour les pragmatiques, le déficit chronique de l’exploitation des téléskis et le changement climatique à venir devraient conduire à l’abandon pur et simple des pistes de ski du village de Saint-Cergue. D’autant plus qu’ils peinent à comprendre comment un hiver aussi neigeux que celui de la saison dernière (9 m à la Dôle!) a pu provoquer une perte financière encore plus grande que celle de l’hiver vert de 2016-2017. «C’est que malgré le bon enneigement et les efforts d’équipements et d’animation consentis, la fréquentation a été insuffisante en raison de la mauvaise météo. Sur 87 jours d’ouverture, 54 ont enregistré une perte d’argent, car les charges salariales coûtaient plus que les entrées», explique Françoise Samuel, municipale du Tourisme. Déficit cumulé des deux saisons: 100 000 francs. C’est ainsi que la Municipalité sollicitait mardi du Conseil communal une rallonge de 30 000 francs à la couverture de déficit de 20 000 francs qu’elle doit déjà payer en fonction de la convention quadriennale qu’elle a signée en 2016 avec Télé-Dôle SA, propriétaire des installations.

La somme semble assez dérisoire en regard des montants que d’autres communes du Jura vaudois consacrent à leur domaine de ski (130 000 francs pour Sainte-Croix - Les Rasses, 80 000 francs pour L’Orient). Mais là où le bât blesse, c’est que Saint-Cergue pensait être débarrassée des charges liées à ses trois pistes de village. Lorsque la Région, qui a repris la majorité des actions de Télé-Dôle, a confié l’exploitation du domaine de ski de la Dôle à la Sogestar, société française des Rousses, cette dernière n’a pas voulu y inclure les pistes de Saint-Cergue, car trop éloignées. Or la Commune n’avait pas les moyens de reprendre ces installations à son compte. Elle s’est donc réjoui que Télé-Dôle, qui reste propriétaire des remontées mécaniques de la Dôle comme de Saint-Cergue, prenne l’exploitation et l’entretien à sa charge, à condition que la Commune accorde une garantie de déficit.

Mais sa Commission des finances a estimé que la Commune, qui envisage de pérenniser ces 50 000 francs, ne devait pas mettre un sou de plus avant le terme de la convention, qui pourrait être revue en 2020. «Avec tout ce qu’elle paie depuis des années, Saint-Cergue est déjà la vache à lait du tourisme de la région», estimait son porte-parole, Éric Berger. Pour la commission, le fait que seulement 13% des skieurs utilisant les pistes de Saint-Cergue viennent du village et 28% du district justifierait que l’on demande une contribution des Communes.

Rallonge de crédit acceptée

«Mais il s’agit de «nos» pistes! Payer 50 000 francs n’est pas excessif en regard des retombées économiques qu’elles ont sur nos restaurants et commerces. Sans elles, Saint-Cergue risque de perdre son statut de station touristique, qui permet d’ouvrir le dimanche, et deviendra un village dortoir», affirmait la Municipalité. Convaincus que ces pistes sont un élément essentiel pour l’attrait du village, les élus ont balayé les arguments de la Commission des finances en approuvant par 25 voix contre 10 la rallonge de crédit. (24 heures)

Créé: 10.10.2018, 20h15

Exploitation restreinte

Preuve est faite que la fréquentation des téléskis hors week-ends et soirées est insuffisante. Cet hiver, TéléDôle limitera donc l’ouverture des pistes aux fins de semaine et au mercredi après-midi (sauf durant les vacances scolaires) et celle des pistes éclairées aux jeudis, vendredis et samedis soir.

Mais elle a créé une nouvelle piste bleue de liaison entre la piste du Bois et le Corps-de-Garde (non éclairée). Outre la patinoire provisoire et le Jardin des neiges, une piste de luge sécurisée sera disponible sur le chemin Jean-Jacques-Rousseau.

«Nous allons aussi lancer une étude sur la diversification du tourisme avec tous nos partenaires», a annoncé Patrick Freudiger, directeur de TéléDôle.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...