Sous la pluie, la Dôle se bat pour sauver sa saison du cauchemar

Saint-CergueLes dameuses dansent enfin, depuis jeudi sur le massif. Mais la douceur est revenue

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est 8 h 30, vendredi matin, lorsque trois dameuses déboulent devant le parking du télésiège des Dappes, au pied du massif de la Dôle. Depuis la veille, elles arpentent enfin les pistes. Mais, ce matin-là, c’est sous la pluie que se joue le ballet tant attendu.

Sous le soleil, dans une chaleur printanière, sans la moindre neige et en vacances forcées. Les Fêtes ont été bien trop calmes pour les employés de Télé-Dôle. L’entretien du matériel avait été assuré pendant l’été, tout était prêt le 1er décembre. Sauf la neige, pour la deuxième année consécutive. Ainsi, il aura fallu attendre le 7 janvier pour démarrer la préparation des pistes. «Et encore, les conditions ne sont pas idéales», prévenait jeudi le responsable Joël Cretin. En haut des pistes, un vent mesuré à 100 km/h souffle alors la poudreuse. Et, plus bas, la température monte. Bientôt, la neige cède, et la pluie reprend ses droits.

«C’est vraiment limite. Mais on n’a pas le choix, il faut qu’on fasse quelque chose.»

Le lendemain, vendredi, la couche de blanche est passée de 60 à 35 centimètres d’une neige tassée par la pluie. Sur les sommets, l’eau a emporté ce que le vent n’avait pas encore balayé. Et sous les chenilles du ratrak de Jean-Simon Vandelle, responsable du damage, crissent les cailloux. «C’est vraiment limite. Mais on n’a pas le choix, il faut qu’on fasse quelque chose.»

Quelque chose, c’est tasser la neige sur les pistes, assurer une première couche au domaine. Il est 9 heures. En grimpant sur la bleue bordant les téléskis de Couvaloup, les essuie-glaces de la dameuse commencent doucement à balayer des flocons. Rivé sur le thermomètre, le regard de Jean-Simon Vandelle s’éclaire.

«C’est décourageant»

Accroché à un arbre grâce au treuil, le ratrak avale la piste en douceur, dans tous les sens. «Avec cette neige, il faut faire très attention. Aller vite n’est jamais une option, surtout dans ces conditions», explique le dameur en évitant une grosse pierre. «Elle fait un mètre cube. Hier, on ne la voyait même pas, on aurait pu passer dessus. Mais aujourd’hui, ça ne va pas le faire.» En bord de piste, un randonneur grimpe, peaux de phoque sous les lattes. Un souci pour les dameurs, un réel danger pour ces skieurs, notamment à cause du câble, pas toujours visible.

«Nous, plus il fait froid, plus on est content! Cette neige-là, faut pas qu’elle reparte.»

Tandis que la machine monte une dernière fois, la pluie prend le même chemin. Ce vendredi soir, elle devrait arroser abondamment les pentes jusqu’à 1800 mètres d’altitude, 100 mètres au-dessus du sommet de la Dôle. «C’est décourageant, quand même. Nous, plus il fait froid, plus on est content! Cette neige-là, faut pas qu’elle reparte.» Alors l’équipe de Jean-Simon Vandelle passera la journée à tasser toute la neige possible, à en déplacer un maximum vers les pistes. En espérant donc pouvoir passer à la suite dès lundi.

Car il faudra encore sécuriser toutes les pistes (pose des filets, des panneaux, des protections) et lancer les installations. Tout cela dans le but de pouvoir ouvrir les pistes le week-end prochain. «Et si on y arrive pour mercredi, ce serait génial. Mais il nous faut du froid, et encore au moins 20 centimètres de neige», précise Joël Cretin. D’ici là, la météo annonce des chutes de neige en dessous de 1000 mètres. «Mais la neige, c’est comme l’aménagement des pistes en été. On ne croit que ce qu’on voit!» rigole encore Jean-Simon Vandelle, avant de s’attaquer à des sommets qu’il tutoie depuis maintenant trente-trois ans.

Créé: 08.01.2016, 17h57

Un avenir pour le massif?

«Deux hivers aussi difficiles à la suite, on n’avait jamais vu ça!» Pas de quoi, pourtant, ébranler la confiance de Denis Dumartheray, en charge du tourisme au Conseil régional. Pourtant, ce début de saison sans neige tombe au plus mauvais moment, justement lorsque les communes sont invitées à mettre la main au porte-monnaie pour de nouveaux investissements à la Dôle. «Au contraire! C’est bien la preuve que, pour pérenniser cette exploitation, en lui permettant d’ouvrir avec deux ou trois fois moins de neige qu’aujourd’hui, ces investissements sont indispensables!»

Encore exploitant du domaine jusqu’à fin juin, le directeur du Nyon - Saint-Cergue, Richard Zaugg, se montre aussi confiant. Mais plus mesuré. «S’il continue à neiger plus tard, mais que l’on peut skier jusqu’en mars, tout ira bien. Mais si la saison se raccourcit durablement, il faudra se poser des questions de fond.»

Articles en relation

Ce que La Dôle gagnera en rejoignant Les Rousses

Loisirs Les autorités françaises payeront un nouveau télésiège pour faire la liaison entre les deux domaines qui n'en feront plus qu'un. Plus...

Le massif de La Dôle attend avec impatience le début de la saison

Loisirs Le domaine skiable espère ouvrir rapidement ses pistes pour ne pas revivre l’hiver cauchemardesque de l’an dernier. Plus...

«Ça m’énerve quand on dit qu’on va donner la Dôle aux Français»

Télé-Dôle Denis Dumartheray pense qu’un partenariat franco-suisse est le meilleur plan pour sauver l’exploitation du domaine skiable. Plus...

Le ski de piste à la Dôle a une chance de subsister

Saint-Cergue Les actionnaires de Télé-Dôle ont accepté à une quasi-unanimité le plan de sauvetage de la société. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.