Passer au contenu principal

Sous la pluie, la Dôle se bat pour sauver sa saison du cauchemar

Les dameuses dansent enfin, depuis jeudi sur le massif. Mais la douceur est revenue

Vendredi matin, les sapins avaient perdu leur blanc hivernal pour un vert pluvieux. A la Dôle, on espère un week-end neigeux pour ouvrir au plus vite.
Vendredi matin, les sapins avaient perdu leur blanc hivernal pour un vert pluvieux. A la Dôle, on espère un week-end neigeux pour ouvrir au plus vite.
PHILIPPE MAEDER
Jean-Simon Vandelle, responsable du damage, accroche son ratrak à un arbre. Grâce au treuil, il pourra passer sur les pistes sans trop les abîmer.
Jean-Simon Vandelle, responsable du damage, accroche son ratrak à un arbre. Grâce au treuil, il pourra passer sur les pistes sans trop les abîmer.
PHILIPPE MAEDER
Les panneaux de bienvenue sont bien là. Ne manque plus que de la neige, du froid et... les skieurs.
Les panneaux de bienvenue sont bien là. Ne manque plus que de la neige, du froid et... les skieurs.
PHILIPPE MAEDER
1 / 8

Il est 8 h 30, vendredi matin, lorsque trois dameuses déboulent devant le parking du télésiège des Dappes, au pied du massif de la Dôle. Depuis la veille, elles arpentent enfin les pistes. Mais, ce matin-là, c’est sous la pluie que se joue le ballet tant attendu.

Sous le soleil, dans une chaleur printanière, sans la moindre neige et en vacances forcées. Les Fêtes ont été bien trop calmes pour les employés de Télé-Dôle. L’entretien du matériel avait été assuré pendant l’été, tout était prêt le 1er décembre. Sauf la neige, pour la deuxième année consécutive. Ainsi, il aura fallu attendre le 7 janvier pour démarrer la préparation des pistes. «Et encore, les conditions ne sont pas idéales», prévenait jeudi le responsable Joël Cretin. En haut des pistes, un vent mesuré à 100 km/h souffle alors la poudreuse. Et, plus bas, la température monte. Bientôt, la neige cède, et la pluie reprend ses droits.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.