La police débarque en force pour déloger 18 squatteurs

Chavannes-de-Bogis Lundi vers 6h30, 74 policiers ont investi une ferme insalubre du village pour en expulser la vingtaine de personnes qui l'occupaient illégalement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une impressionnante descente de police a eu lieu lundi à Chavannes-de-Bogis. Plus de 70 policiers sont intervenus lundi dès 6h30 pour déloger des squatters installés dans une vieille ferme. «Des dizaines d’agents entouraient les squatters, regroupés le long de la route. Ici, on ne voit pas ça tous les jours, on se serait cru dans un film», témoigne un voisin de la ferme.

Dix-huit personnes ont été interpellées et identifiées avant de pouvoir quitter les lieux, soit sept femmes et onze hommes. «Cela s'est passé dans le calme. Nous sommes intervenus tôt le matin, par surprise», indique Philippe Jaton, porte-parole de la police vaudoise.

Les policiers ont vidé les locaux des véhicules, caravanes, mobilier et autres objets de valeur appartenant aux occupants. Des chiens, des poules et un cochon ont été évacués par la SPA. «L’endroit était vraiment sale, avec un chenit pas possible. C’était une vraie ménagerie», estime le même voisin.

La Municipalité a demandé à la police de procéder à l'évacuation forcée, au terme de la procédure d'expulsion. Le bâtiment, qui doit être détruit à terme, est totalement insalubre, ont expliqué dans un communiqué la commune et la police cantonale vaudoise. L'électricité y a été coupée il y a plusieurs mois.

«Ils sont arrivés en janvier, après avoir été chassés du squat la Petite Prairie, à Nyon, explique Marc. Ici, ils n’ont pas causé de gros problèmes et n’ont jamais rien volé. Mais ils faisaient souvent beaucoup de bruit et laissaient la musique à fond toute la nuit. »

Selon le communiqué, les squatters allument régulièrement des feux dans la bâtisse pour se chauffer, contrevenant à la Loi sur l'aménagement du territoire et aux directives de l'Etablissement cantonal d'assurance, mettant en danger leur sécurité et celle des locataires légitimes qui logent dans la maison contiguë au squat.

Au terme de l'intervention, des maçons et des menuisiers ont commencé à condamner portes et fenêtres afin d'empêcher toute introduction dans la maison.

Créé: 04.11.2013, 14h16

Google Map

Articles en relation

Les squatters de Nyon se sont installés à Chavannes-de-Bogis

MAISONS OCCUPÉES Chassé de l’ancien squat de la Petite Prairie, à Nyon, un groupe de marginaux a élu domicile dans une vieille ferme à Chavannes-de-Bogis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.