Les pommes ont laissé place aux œuvres d’art et aux salles de cours

EtoyLa famille Thury a transformé son centre fruitier en ateliers loués à des artistes et artisans d’art. Portes ouvertes samedi.

À Etoy, artisans et artistes ont trouvé leur paradis dans un ancien centre fruitier

À Etoy, artisans et artistes ont trouvé leur paradis dans un ancien centre fruitier Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De l’autoroute A1, les automobilistes passant à la hauteur d’Étoy ne peuvent pas rater l’enseigne Les Ateliers de la Côte. Que trouve-t-on dans cet immeuble tout neuf et entièrement vitré, situé à deux pas de la compagnie pharmaceutique Ferring et de l’école internationale GEMS World Academy? La surprise est au rendez-vous. Qui imaginerait trouver là, en pleine zone artisanale et industrielle, un hypercentre culturel avec 75 ateliers loués à des artistes et artisans d’art, où l’on peut également venir prendre des cours de danse, aller chez un physio, boire un pot ou voir un spectacle?

L’originalité de ce lieu unique en son genre tient aussi à son histoire. Le bâtiment a été érigé sur les fondations de l’entreprise Fruits du Roi, développée par Jaques-François Thury. À l’aube de sa retraite, ses enfants, vu les perspectives peu réjouissantes de ce secteur économique, ont décidé de reconvertir les entrepôts du centre fruitier en un espace dédié à l’art et à l’artisanat. Anne-Catherine Schneiter, qui a travaillé dans le tourisme, et François Thury, musicien de formation, ont élaboré le concept. Sept millions de francs ont été investis pour réaliser ce projet exceptionnel.

Un lieu de vie ouvert à tous

En fonction depuis quelques mois, Les Ateliers de la Côte (LAC) seront inaugurés jeudi et ouvriront leurs portes au public le samedi 24 mars. Les cofondateurs et gérants du centre précisent qu’il ne s’agit pas d’un endroit réservé aux locataires, mais d’un lieu de vie où il y a plein de choses à faire. «Les gens peuvent visiter les ateliers, acheter une œuvre d’art, un habit, un sac, ou un bijou… prendre un cours, voir une expo ou assister à un concert. Notre particularité, c’est d’être décentralisé, comme les supermarchés, mais dans le domaine culturel», compare François Thury.

Cela dit, il n’est pas question de laisser l’endroit se transformer en galerie marchande. Les locataires ne peuvent vendre que ce qu’ils fabriquent eux-mêmes sur place. En revanche, dans l’idée de proposer une mosaïque d’activités, le LAC accueille aussi une large palette de cours (danse, musique, yoga, couture, informatique…) et de services (hygiéniste dentaire, ergothérapeute, physiothérapeute…).

Se promener dans les couloirs donnant accès aux ateliers est un plaisir pour les yeux, car les parois sont équipées de présentoirs permettant aux artistes et artisans de mettre leurs créations en vitrine. Certaines portes sont fermées, d’autres ouvertes. Pour les occupants, c’est une manière simple d’indiquer qu’ils sont disposés à vous accueillir ou qu’ils souhaitent ne pas être dérangés. En passant, il est possible d’admirer les nombreuses peintures et sculptures exposées dans les espaces communs, très lumineux. Dans l’escalier, nous croisons quelques mamans venues avec leur bout de chou à Gym’Moustik…

«Ambiance de quartier»

«Nous aimerions créer une ambiance de quartier, où les gens peuvent se rencontrer, échanger, apprendre, se distraire», ajoute Anne-Catherine Schneiter. C’est pourquoi le LAC comprend aussi deux salles de spectacle et de séminaire, une galerie d’art permanente et une buvette. Les employés de Ferring ont déjà prévu de venir y faire leur afterwork. Et un food truck s’installe devant l’immeuble tous les midis.


Joëlle Raball Ergothérapeute en santé mentale, Joëlle Raball s’adresse aux personnes fragilisées psychologiquement. «Je me sers d’activités artistiques et artisanales pour que ces personnes retrouvent leur potentiel dans la vie quotidienne», précise-t-elle. Le LAC lui a fourni l’occasion d’avoir son propre cabinet. «Et comme, accessoirement, je peins et que j’habite Étoy, j’ai trouvé un endroit idéal. C’est un lieu magique, qui permet à la fois d’être dans l’intimité et dans la communauté. Il y a des échanges sans esprit de compétition. Je connaissais le projet avant sa réalisation. Je voulais faire partie de cette aventure très stimulante.»

Adrien Plasse Ce ferblantier-couvreur de métier a trouvé son bonheur au LAC. Après avoir travaillé sur les toits et rejoint les Compagnons du tour de France durant plusieurs années pour enrichir son savoir-faire, il s’est intéressé aux ouvrages d’ornementation et à la création d’objets d’art. «En même temps que le centre d’Étoy se réalisait, j’ai commencé à créer des choses plus personnelles en zinc, en laiton et en cuivre, explique-t-il. Je cherchais un local dans une grange, mais je me voyais mal rester tout seul au fin fond de la campagne. Ici, j’ai trouvé ce qu’il me fallait. Il y a tout un monde, on peut partager, il y a de l’entraide. Je m’y sens bien.»

Christine Demière Sculptrice issue de la Haute École d’art et de design de Genève, Christine Demière possède l’atelier Sculpt’art au Signal-de-Bougy depuis vingt-cinq ans. Occuper un local au LAC, à Étoy, lui permet d’avoir une plus grande visibilité. «Ici, je donne des cours de taille de pierre et j’organise des bulles créatives. L’hiver, il fait plus chaud que dans mon autre atelier. J’y viens donc aussi pour faire du modelage, qui est ma spécialité. C’est une chance qu’un tel projet ait pu se réaliser. Il n’y a pas grand-chose pour les artistes. Et les prix de location sont corrects. D’autant plus que je peux partager cet espace avec un autre sculpteur, Satch Brzak.» (24 heures)

Créé: 19.03.2018, 11h26

Infos utiles

Samedi 24 mars
La journée portes ouvertes s’étendra de 11 h à 22 h. Programme: visite des ateliers, présentation de savoir-faire, workshops, concerts et performances artistiques.

13-14 avril
Salon de la porcelaine. Entrée: 5 francs.

29 avril
Vernissage de l’exposition du peintre Mino.

25, 26 et 27 mai
Premier marché artisanal du LAC. «Garden-party». Entrée libre.

Locations:
un local de 20 m2 et de 3,80 m de haut (mezzanine possible) se loue environ 650 francs par mois (avec place de parc, conciergerie…). Locaux insonorisés pour musiciens loués de 7 à 20 fr. l’heure.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.