Prangins quitte la Région à un cheveu près

RéférendumAvec seulement 23 voix d’écart, les citoyens ont opté pour le retrait de la Commune de l’association Région de Nyon.

Lors d'un précédent référendum, les Pranginois avaient approuvé la démolition de l'ancienne salle communale, ce qui a permi de créer une place à côté de l'Auberge communale.

Lors d'un précédent référendum, les Pranginois avaient approuvé la démolition de l'ancienne salle communale, ce qui a permi de créer une place à côté de l'Auberge communale. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y avait pas foule, dimanche, devant la Maison de Commune de Prangins. Comme si le référendum qui appelait les citoyens aux urnes les laissait indifférents. Or la participation au scrutin, de 49,37%, disait le contraire. Elle a aussi montré que les électeurs étaient finalement très partagés: ils ont approuvé par 677 voix contre 654, soit à seulement 23 voix d’écart, la décision du Conseil communal de se retirer de l’association Région de Nyon. Le Comité 62, qui représentait les 62% d’élus ayant voté en décembre dernier pour ce retrait de l’instance régionale, espérait certes une confirmation plus nette de sa position, d’autant plus que tout le district de Nyon avait les yeux braqués sur Prangins, d’autres communes ayant montré des velléités à quitter Région de Nyon.

Petite victoire

«Ce résultat prouve que nos concitoyens, malgré leur attachement et leur solidarité envers la région, demeurent conscients que l’autonomie communale est une valeur forte, exultait Yvan Bucciol à l’issue du scrutin. Elle envoie un signal clair à notre Municipalité unanime qui s’oppose à la volonté du canton de confier la planification territoriale des 9 communes concernées par le plan directeur du périmètre compact d’agglomération à Région de Nyon».

Le syndic pourtant, n’y voit pas un signal aussi clair. «Nous avons environ une moitié de la population qui n’a pas suivi le Conseil communal. J’aurai préféré qu’elle entérine plus nettement cette décision de retrait, ou la désavoue franchement. Cela pose problème, car on se retrouve avec deux tendances pour apprécier nos rapports avec la Région», réagit François Bryan, en prenant acte, au nom de la Municipalité du verdict populaire. L’Exécutif, qui avait de manière collégiale défendu le maintien de la commune dans la Région et s’était tenu en dehors de la campagne, ne se sent donc pas désavoué. «Mais je suis déçu et curieux de voir comment nos élus, car nous sommes quand même des nantis, se montreront solidaires avec la Région sans y être obligés», ajoute le syndic.

Gueule de bois

En découvrant ce résultat plutôt serré au retour d’une partie de golf, François Krull, chef de file des référendaires pour le maintien dans la Région, se gratte la tête. «On aurait pu faire la différence si on avait été plus combatif, aussi populiste que nos adversaires. Mais au cœur d’un débat si technique sur le fonctionnement de l’association régionale, ne n’était pas évident», explique l’élu, pour qui ce débat émotionnel aura au moins permis de révéler les positions politiques de chacun. Pour Daniel Bujard, vice-président du Conseil, ces 23 voix d’écart sont le «pire des scénarios». «Cela veut dire que ce référendum, n’était pas un autogoal, comme prétendent les vainqueurs, mais nécessaire car il montre qu’il y a un problème de représentativité, que la population est très partagée sur cette question».

De son côté, Région de Nyon sort de ce scrutin avec une gueule de bois, même si une bonne partie de la population pranginoise a montré qu’elle voulait encore croire en la solidarité régionale. Car ce vote pourrait donner des ailes à d’autres communes, comme Rolle notamment, où des élus ont aussi questionné leur Exécutif sur l’avantage de rester membre de l’association. «Cette sortie de Prangins interroge. On va l’analyser, car il y a des enjeux importants pour l’avenir», admet son président Gérald Cretegny, en déplorant une fois de plus le ton déplaisant de la campagne, les attaques de front d’une institution créée par les communes pour les communes.

Créé: 19.05.2019, 13h06

Commentaire

Un retrait qui force un changement d’attitude

Si le référendum de Prangins était à ce point sous la loupe de tous les élus du district de Nyon, c’est qu’on assistait dimanche à un premier vote populaire sur cette question. Jusqu’ici, comme à Commugny ou Chéserex, la décision d’un retrait de la Région venait d’une Municipalité ou d’un corps délibérant. Ce vote était aussi capital car il pouvait mettre l’association en danger, avec la sortie d’une commune importante de 4000 habitants, située au cœur de l’agglomération nyonnaise et dont les autorités avaient jusqu’ici fortement contribué au développement de cet outil destiné à coordonner et financer des projets régionaux.

Or avec la nouvelle législature, tout a changé à Prangins. Des élus se sont élevés contre «ce 4e pouvoir» représentant 42 des 47 communes du district qui ne laisserait pas au Conseil communal le choix des projets qu’il veut soutenir. Ce n’était pas une question financière, même si la perspective de voir le dispositif d’investissement solidaire (DISREN) devenir obligatoire en a refroidi plus d’un. Ni une question d’idéologie, dans cette commune forcée à passer au système de la proportionnelle, en 2016. On trouvait des représentants des deux grandes formations que sont l’Entente pranginoise et l’Alliance libérale, nouveaux partis à la ligne encore peu définie, dans chacun des deux camps. Une majorité a voulu retrouver une autonomie totale.

Si ce référendum laissera un goût amer, par ses attaques exagérées envers une institution qui a pourtant fait ses preuves, il obligera la Région à poursuivre ses efforts pour se réformer et avoir un meilleur relais vers les communes.


Articles en relation

La route qui a conduit Prangins à l’impasse avec sa Région

Aménagement du territoire Le désamour de Prangins vis-à-vis de Région de Nyon trouve son origine dans la RDU, qui lui imposait un fort développement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.