Un premier citoyen aux mille vies colorées

MorgesPrésident du Conseil communal depuis le 4 juillet, Pascal Gemperli a vu du pays avant de s’installer dans «sa ville d’adoption».

Président du Conseil communal, Pascal Gemperli a trouvé en Morges sa ville d'adoption.

Président du Conseil communal, Pascal Gemperli a trouvé en Morges sa ville d'adoption. Image: Sébastien Bovy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À 40 ans, Pascal Gemperli a déjà vu du pays. Premier citoyen de Morges depuis quelques semaines, cet homme marié et père de deux filles a pas mal bourlingué avant de s’établir dans ce qu’il considère comme sa ville d’adoption. Schaffhousois d’origine, il a passé sa jeunesse dans un petit village du canton de Thurgovie. «J’ai ensuite effectué un apprentissage d’électricien à Wil, puis j’ai commencé une formation en informatique et communication à la HES de Winterthur», révèle-t-il.

C’est en deuxième année qu’il débarque à Lausanne dans le cadre d’un échange. «Je ne suis jamais vraiment reparti», sourit Pascal Gemperli. Car s’il a toujours gardé un pied-à-terre en Suisse romande, le président du Conseil communal de Morges est du genre voyageur. «Durant mes études, je me suis beaucoup intéressé à la coopération internationale, détaille-t-il. Lorsque j’ai obtenu mon diplôme, j’ai pensé que je trouverais facilement une place comme je parlais trois langues. Mais je me trompais.»

Une seconde culture

Il prend donc son mal en patience et se perfectionne en suivant à distance un master en gestion des conflits dispensé par l’Université de Hagen en Allemagne. C’est finalement en février 2005 que la roue tourne. «Dans le cadre de mon service civil, je suis parti au Maroc travailler dans un petit centre d’ingénierie qui s’occupe de production propre, un mélange entre économie, écologie et social.»

Une destination qui ravit Pascal Gemperli, fasciné par la culture arabe. Culture qu’il côtoie notamment lors d’un voyage sac à dos avec son frère, en 2001, au cours duquel ils traversent la Turquie, la Syrie, Israël, la Palestine, le Liban et l’Égypte. Mais aussi en fréquentant sa future femme, originaire du Maghreb. C’est ainsi qu’il découvre la religion musulmane. Désormais converti à l’islam, il est depuis peu le secrétaire général de l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM). Une fédération dont il a occupé la présidence durant de nombreuses années.

D’un point de vue professionnel, sa route s’est poursuivie à Vienne où il a travaillé six mois pour les Nations Unies. Avant de revenir en Suisse en 2007 et de s’installer à Morges. «Après quelque temps de galère, j’ai trouvé un poste au Centre pour le contrôle démocratique des forces armées», révèle l’élu Vert.

«C’est sûr que si ça chauffe, je ne vais pas prendre peur.»

Cette fondation à but non lucratif, créée en 2000 à l’initiative du Conseil fédéral, a pour vocation d’aider la communauté internationale à appliquer les principes de bonne gouvernance et à mettre en œuvre la réforme du secteur de la sécurité. «Mon job consistait, par exemple, à améliorer le droit à l’accès aux informations pour les citoyens, en particulier dans les pays d’Afrique du Nord», précise-t-il.

Aujourd’hui, Pascal Gemperli travaille à son compte en tant que médiateur. Un métier auquel il s’est formé en parallèle des différentes activités qu’il a exercées. Et qui pourrait bien lui servir au perchoir: «C’est sûr que si ça chauffe, je ne vais pas prendre peur.» (24 heures)

Créé: 23.07.2018, 17h18

Articles en relation

«C'est un honneur d’être élevé au rang de trublion»

Morges Agaçant pour certains, perspicace pour d’autres, Pierre Marc Burnand est une figure incontournable du Conseil communal. Provocateur, il assume pleinement son statut. Plus...

Le «gang des Morgiens» fait la loi au Pays de Vaud

Politique Absents des hautes sphères du pouvoir cantonal depuis la retraite de Francine Jeanprêtre, les politiciens de la petite ville ont fait main basse sur tous les postes clés. Plus...

La région morgienne veut freiner l'étalement urbain

Denges Région Morges organise une conférence sur le futur développement urbain de l’agglomération. Plus...

Morges fait fi du Canton et veut plus de places de parc

Stationnement Malgré un préavis cantonal négatif, l'Exécutif continue les démarches pour augmenter la taille du futur parking du Parc des Sports. Plus...

La ville choyée par une mystérieuse donatrice

Morges Une septuagénaire sans descendance a légué un capital de 500000 francs à sa commune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.