Préverenges souhaite remanier les zones Mobilis

Transports publicsTraverser la commune en transports publics coûte 5? fr. Trop cher pour les élus qui rêvent de modification du plan tarifaire.

Située dans une zone tarifaire qui n'est ni celle de Morges, ni celle de Lausanne, les Préverengeois doivent payer une zone de plus pour quasiment tous leurs trajets.

Située dans une zone tarifaire qui n'est ni celle de Morges, ni celle de Lausanne, les Préverengeois doivent payer une zone de plus pour quasiment tous leurs trajets. Image: SAMUEL FROMHOLD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités de Préverenges sont fâchées contre Mobilis, la Communauté tarifaire vaudoise. Dans un vœu de la Commission de gestion, accepté par la Municipalité, les élus demandent un «remaniement des zones tarifaires en adéquation avec une agglomération unique.»

En matière de transports publics, Préverenges n’est ni dans la zone 12 de la couronne lausannoise, ni dans la zone 30 de Morges. Membre de la commission de gestion, Claudio Riccio, donne un exemple qui fâche: «Un habitant de l’ouest de la localité qui va prendre le bus au Bief pour se rendre à Saint-Sulpice devra payer 5? francs, ça fait cher, surtout pour une famille!»

Cet arrêt utilisé par une partie des Préverengeois se trouve en fait de l’autre côté de la frontière communale, à Lonay, dans la zone tarifaire 30. Saint-Sulpice est à la limite de la zone 12. Cette traversée de la commune (4 km environ) nécessite donc un billet 3 zones, autant que pour un trajet Malley-Morges ou Préverenges-Lutry.

Un changement peu probable

Mais le combat va être difficile: «Ce n’est normalement pas possible de faire un petit changement, car cela a des répercussions sur les zones voisines», tranche Urs Hanselmann, président de la communauté tarifaire vaudoise, qui n’a par ailleurs pas encore été informé des doléances de Préverenges. «Le zonage est toujours quelque chose d’assez difficile car on a beaucoup d’interdépendances.» Modifier un point du découpage pourrait nécessiter de revoir tout le réseau.

Directeur des transports publics de la région bâloise de 1996 à 2011, Urs Hanselmann note, par ailleurs, qu’«en plus de vingt ans, aucun changement n’a été apporté au découpage des zones pratiqué à Bâle.»

Créé: 09.07.2012, 13h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...