Privée de connexion chez elle, une étudiante doit aller réviser au bowling

GlandSon opérateur ayant retiré une antenne, une jeune femme n'a plus de connexion depuis mi-janvier.

Dans son salon, Stéphanie Röthlisberger ne peut pas se connecter à internet ni passer des coups de téléphone depuis bientôt trois mois.

Dans son salon, Stéphanie Röthlisberger ne peut pas se connecter à internet ni passer des coups de téléphone depuis bientôt trois mois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stéphanie Röthlisberger est à bout. Depuis bientôt trois mois, cette étudiante en psychologie de la petite enfance ne peut plus passer de coups de fil, en recevoir, écrire des SMS ou encore surfer sur la Toile depuis son smartphone lorsqu'elle est chez elle, dans les bas de Gland. La situation est telle que l'étudiante est obligée de quitter son domicile pour pouvoir faire ses recherches sur le net. «Je vais à la gare ou encore au bowling. J’y suis si souvent que tous les employés me connaissent et savent pourquoi je suis là», soupire la jeune fille.

Au bénéfice d'un abonnement chez Sunrise, la jeune fille s'adresse alors à son opérateur. S'ensuivra un dialogue de sourds, où Sunrise suggère que des travaux dans la commune pourraient être à l'origine des problèmes de connexion. «De plus, l'opérateur me demandait 1200 francs pour résilier mon abonnement. Mais pourquoi payer une telle somme alors que je n'ai rien fait?» s'emporte Stéphanie Röthlisberger.

En fin de semaine, l'opérateur finissait par reconnaître sa responsabilité dans cette affaire. «Les problèmes de connexion de cette femme s’expliquent par la récente mise hors-service d’une de nos installations près de la gare», explique Roger Schaller, porte-parole. Et d'ajouter que Sunrise contactera bientôt la jeune femme, «pour trouver une solution».

A la Fédération romande des consommateurs (FRC), on n'est pas étonné de la mésaventure de la jeune Glandoise. Et on s'en irrite. «Un défaut de couverture réseau doit pouvoir donner lieu à certains droits. Le réseau fait partie de la prestation. Il doit donc être possible de résilier son abonnement si cette dernière n’est pas fournie», lance Mathieu Fleury, secrétaire général de la FRC.

Il y a quelques mois, la FRC s'est engagée dans des négociations avec Swisscom, Sunrise et Orange. En jeu: la suppression «des clauses abusives» des conditions générales des opérateurs. Les négociations sont encore en cours. La FRC en communiquera les résultats à la mi-mars.

(24 heures)

Créé: 02.03.2014, 09h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.