Une riche demi-saison à l’Usine à Gaz

SpectaclesMusiques du monde, expositions sonores ou théâtre vivent hors les murs.

La chanteuse portugaise Lula Pena invite à un voyage musical multiculturel au temple de Nyon.

La chanteuse portugaise Lula Pena invite à un voyage musical multiculturel au temple de Nyon. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les travaux de l’Usine à Gaz vont bon train et le nouveau centre culturel, doté d’une deuxième salle, sera inauguré au printemps 2021. En attendant, la directrice par intérim Renata Sukiennik et son équipe ont concocté un quatrième volet de spectacles donnés hors les murs jusqu’en juin prochain. Une demi-saison qui fait la part belle aux musiques du monde, aux thèmes de société et à la médiation culturelle.

Elle démarrera avec un hommage à la chanteuse Nina Simone, pièce de théâtre de la Compagnie des Ombres, un presque monologue, écrit par Julie Gilbert, d’une femme qui aimerait s’affirmer, réinventer son rôle dans sa vie et son couple (18-19 février). Cet auteure a aussi collaboré aux textes qui seront à découvrir dans «La bibliothèque sonore des femmes», une exposition de téléphones fixes installés à tous les étages de la Bibliothèque municipale de Nyon, qu’il suffira de décrocher pour entendre des monologues inventés d’écrivaines disparues, comme Virginia Woolf ou Simone de Beauvoir (du 27 avril au 16 mai).

Le 2 mai, avec «Quartier libre», le public pourra flâner à travers la ville avec des écouteurs sur les oreilles et se laisser questionner sur la place que tient la femme dans l’espace public. Ces projets de médiation culturelle seront suivis de tables rondes. Autre pièce en création par le collectif CLAR, «On s’en ira» repose sur des propos dits ou enregistrés au cours d’un repas partagé avec des inconnus. La table devient le décor de ces tranches de vie (13 et 14 mai).

Côté musique, la belle voix grave de la Portugaise Lula Pena, artiste vagabonde, fera voyager le spectateur à travers la folk, le fado, le blues ou la bossa nova (21 février). Le Sénégalais Boubacar Cissokho, digne représentant de la musique mandingue, fera résonner sa kora, harpe du pays des griots, sous les voûtes du temple (20 mars). Sans oublier une création du Choeur de l’Usine à Gaz, une soirée avec le DJ Phil et de beaux spectacles pour enfants.

Créé: 01.02.2020, 10h57

Le programme

https://usineagaz.ch/

Articles en relation

Karine Grasset fera valser la toute nouvelle Usine à Gaz

Vaud L’association qui gère la salle nyonnaise a nommé la Lausannoise pour diriger le futur pôle culturel voué aux arts vivants et aux musiques actuelles. Plus...

L'Usine de Nyon veut remettre les gaz

Culture En marge de ses spectacles extra muros, l’association qui gère la salle doit pouvoir compter sur une aide renforcée dès 2020. Plus...

La Fête de la musique se jouera en forme réduite à Nyon

Culture À cause d’une collision de dates avec le Caribana, l’association a décidé de supprimer des scènes. Plus...

L’offre de bus nocturnes s’étend au district de Nyon

Mobilité D’importants développements sont attendus de Mies à Saint-George dès le 15 décembre. Les jeunes et les frontaliers sourient. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.