Le roi du débat acéré s’est mué en empereur du référendum

MorgesDominique Degaudenzi est à l’origine du scrutin qui agite la ville. Portrait d’un libéral-radical invétéré.

Dominique Degaudenzi est patron d’une imprimerie à Morges.

Dominique Degaudenzi est patron d’une imprimerie à Morges. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’initiateur du référendum contre le Plan d’affectation du parc des Sports, c’est lui. Dominique Degaudenzi, bientôt 59 ans, patron d’une imprimerie, neveu de l’ancien syndic radical Jean-Michel Pellegrino et fier Morgien. «Soyons clair, cette ville, c’est ma vie», affirme-t-il avec conviction.

Il y est né, y a grandi, y a toujours vécu à quelques mois près, a porté les couleurs du Forward sur les terrains de football des quatre coins du canton et celles du PLR dans les rangs du Conseil communal de 2000 à 2007. «En sept ans, je n’ai jamais loupé une séance», assure-t-il.

La politique, Dominique Degaudenzi a baigné dedans depuis sa tendre enfance: «Lors des repas de famille, on en entendait évidemment régulièrement parler. C’est donc ancré en moi depuis longtemps. Petit à petit, j’ai eu envie d’en faire et j’ai fini par m’engager. Durant mon passage au sein de l’organe délibérant, nous étions d’ailleurs trois cousins à siéger au PLR. Mais comme nos noms sont différents, peu de gens le savaient. C’était assez drôle.»

Il a déserté le Conseil

Cet ingénieur de l’industrie graphique a plusieurs faits d’armes à son actif au Conseil communal, dont de multiples rapports de minorité – «J’en étais le roi», sourit-il – mais surtout une implication dans les deux derniers référendums de l’histoire de la Ville, en 2003 et 2007. «Je m’étais largement investi pour éviter une hausse d’impôts et un plafond d’endettement trop élevé», se souvient l’ancien élu. Peu étonnant dès lors de le voir à nouveau à l’origine de l’actuel référendum qui vise notamment le Centre aquatique. Plus surprenant par contre de constater que ce mordu de politique a déserté l’organe délibérant depuis plus de douze ans.

«Pendant la dernière séance de l’année, le camp adverse m’avait manqué de respect en quittant la salle pour aller manger les traditionnels ramequins alors que je me trouvais à la tribune pour défendre mon point de vue, raconte Dominique Degaudenzi. Il est vrai que je suis une personne avec des idées bien arrêtées et je dis clairement les choses, ce qui avait ce soir-là déplu à des membres de la gauche. J’ai pensé que s’ils n’avaient pas la politesse de rester jusqu’au bout, cela ne valait pas la peine de m’exciter. J’ai dès lors mis le Conseil communal de côté et décidé de me concentrer sur mon activité d’imprimeur.»

Pas question cependant de tourner le dos complètement à la politique. «Durant toutes ces années, j’ai suivi les débats à distance et, vous pouvez me croire, plus d’une fois j’aurais souhaité donner mon avis à la tribune, car un tas de choses m’ont déplu, déclare Dominique Degaudenzi. J’ai également continué à œuvrer au sein du comité local du PLR, principalement au niveau du recrutement.»

Allergique à la gauche

On l’a compris, le natif de Morges n’a pas sa langue dans sa poche. Et ce même quand il s’agit de désaccords avec les siens. «J’ai quitté le comité de mon parti en été, dévoile-t-il. On a eu un différend, justement au sujet du parc des Sports. Quelque chose me dérangeait au niveau des conclusions sur le nombre de places prévues dans le parking souterrain. Mes collègues ont choisi de ne rien faire, j’ai donc donné ma démission.» S’il ne fait plus partie de l’organe décisionnel du PLR morgien, Dominique Degaudenzi n’a pas pour autant rendu sa carte de membre. Et le fait que son parti ait refusé de le suivre dans sa croisade contre le Plan d’affectation du parc des Sports ne change rien. Car l’ancien conseiller communal est un libéral-radical invétéré, convaincu que le «centre droit assure la stabilité du pays».

Ne lui parlez donc surtout pas de la gauche pour laquelle il n’a que de l’antipathie. Preuve en est une carte de présentation personnelle réalisée dans le cadre de l’élection de 2011 au Conseil national. Sur cette dernière, on pouvait lire la maxime suivante: «Tout sauf la gauche qu’elle soit rose, rouge ou verte!» Son auteur s’en souvient bien: «Cela avait fait rire tout le monde lors d’un congrès du PLR!»

Créé: 18.02.2020, 06h43

La Municipalité?

Élections communales

La vague de sympathie dont Dominique Degaudenzi bénéficie aujourd’hui en ville – est-il besoin de rappeler qu’il a obtenu 2455 signatures avec son référendum alors que seules 1554 étaient nécessaires? – le poussera-t-il à briguer un siège à la Municipalité lors des élections communales prévues en 2021?

«C’est hors de question, rétorque le principal intéressé, sans la moindre hésitation. On peut considérer ce que j’ai fait comme un joli coup politique, mais mon unique préoccupation a toujours été les Morgiens. Mon avenir ne se trouve pas à l’Exécutif, tout au plus au sein du comité du PLR que je réintégrerai un jour peut-être.»

Articles en relation

Référendum: la Municipalité riposte

Morges L’Exécutif a annoncé que si le référendum concernant le Parc des Sports était refusé, il s’engagerait à proposer un scrutin portant uniquement sur le Centre aquatique. Plus...

«Une nouvelle page dans l’histoire de Beausobre»

Morges L’ajout d’un complexe culturel et d’accueil de manifestations comblera un vide important dans l’offre de Morges. Plus...

Les travailleurs de rue se déploient dans les villages

La Côte Plusieurs communes des districts de Morges et Nyon ont choisi cette année de faire appel à des éducateurs sociaux de proximité. Plus...

Étoy: Littoral Parc est enfin connecté aux trains directs

Vaud La ligne de bus depuis Morges a été prolongée jusqu’à la gare d’Allaman, grâce à un financement partiellement local. Plus...

À Morges, le quartier des Halles s’apprête à prendre vie

Chantier Le parking de 730 places ouvrira le 1er mars. Les premiers habitants sont attendus quinze jours plus tard. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.